Témoignages

Un nombre record de témoignages accablants pour Hydro-Québec ont été déposés à l’attention de la Régie de l’énergie dans les dossiers R-3863-2013 et R-3854-2013 phase 2 par des clients lésés. Vous pouvez les lire tous en cliquant sur les numéro de dossier.
Vous trouverez des extraits de ces témoignages ci-bas.

__________________________

Important! Si vous éprouvez des symptômes depuis l’installation des compteurs émetteurs de RF, sachez que…

En vertu des articles 1 – 2 – 92 et 93 de la Loi sur la santé publique du Québec, nous vous informons que les autorités ainsi que votre médecin traitant ont le devoir d’aviser officiellement le directeur de la santé publique de votre territoire lorsqu’il y a des motifs sérieux de croire que la santé de la population est en danger. Lors de vos prochaines visites médicales, exigez de votre médecin qu’il agisse en conformité de la loi comme il se doit.

CHAPITRE I 
OBJET DE LA LOI

1. La présente loi a pour objet la protection de la santé de la population et la mise en place de conditions favorables au maintien et à l’amélioration de l’état de santé et de bien-être de la population en général.

2. Certaines mesures édictées par la présente loi visent à permettre aux autorités de santé publique d’exercer une vigie sanitaire au sein de la population et à leur donner les pouvoirs pour intervenir lorsque la santé de la population est menacée.

Dans la présente loi, on entend par une menace à la santé de la population la présence au sein de celle-ci d’un agent biologique, chimique ou physique susceptible de causer une épidémie si la présence de cet agent n’est pas contrôlée.

CHAPITRE X 
SIGNALEMENT AUX AUTORITÉS DE SANTÉ PUBLIQUE

92. Les ministères, les organismes gouvernementaux et les municipalités locales doivent signaler au directeur de santé publique du territoire concerné ou au directeur national de santé publique les menaces à la santé de la population dont ils ont connaissance ou les situations qui leur donnent des motifs sérieux de croire que la santé de la population est menacée.

93. Un médecin qui soupçonne une menace à la santé de la population doit en aviser le directeur de santé publique du territoire.

* * *

__________________________________

Extraits de témoignages

« Voilà presque un an, le journal local de Main Street publiait ma lettre à l’éditeur demandant au maire [de Morin-Heights] ainsi qu’à ses conseillers de nous faire savoir leur position dans ce dossier.

Aucune nouvelle! De plus, à ce moment-là, j’ai aussi parlé à une des conseillères, silence encore, même pas un accusé de réception. Je ne voulais pas faire installer ce nouveau compteur mais j’ai manqué d’énergie car c’était assez compliqué: lettre enregistrée, pétition et surtout je n’avais aucun support de ma municipalité face à Hydro-Québec ce géant. J’ai opté d’être optimiste et suivre le progrès comme ils disent! Progrès mon œil: me voici dans de beaux draps!

Dès lundi, j’appelle Hydro-Québec pour me faire enlever au plus vite ce compteur. Je suis malade depuis le mois d’août: étourdissements, maux de tête au réveil, douleurs au cuir chevelu, douleurs au cou, acouphènes, insomnie avec réveil en plein milieu de la nuit et ce, à toutes les nuits. J’ai tout essayé pensant que c’était le stress, les nerfs mais non.

J’allume enfin quand un ami me demande si j’ai le nouveau compteur intelligent d’installé. Il ne savait pas à ce moment là que j’avais ces malaises. Il m’explique comment ces micro-ondes forment une belle toile au-dessus de nous et nous empoisonne la vie. Je suis travailleuse autonome et il m’a fallu annuler plusieurs clients. En plus de tous ces désagréments je dois maintenant payer de ma poche (85$) pour me faire enlever ce compteur et 5$ de plus sur ma facture à chaque mois.

Je m’inquiète pour mon petit-fils. Dans quelle sorte de société vivons-nous?

Depuis quand l’efficacité et le profit passent avant la santé des gens? Il est grand temps qu’on reprenne notre pouvoir.

Votons donc pour les gens qui vont faire suivre leurs bottines avec leurs babines.

Une Laurentienne qui reprend son pouvoir de choisir!»

– Carolle Ducharme, Morin-Heights, Journal indépendant Accès 29 octobre 2014

« Je vous écris car je voudrais apporter mon témoignage suite à l’installation d’un compteur dit ‘intelligent’ à l’intérieur de mon domicile, par Hydro-Québec. Le compteur est situé dans la cuisine juste de l’autre côté de notre chambre. J’ai développé des symptômes très clairs à la seconde même où le technicien a posé l’appareil : palpitations cardiaques, nausées, contractions musculaires, puis oreilles bouchées et douloureuses donnant des acouphènes le soir même, maux de tête aigus et permanents, sensations de brûlure au fond de la gorge, ainsi qu’une impression d’anesthésie dans les dents parfois (cette sensation est la plus difficile à décrire). Et surtout d’horribles insomnies. J’ai téléphoné dès le lendemain pour faire valoir mon droit de retrait. On l’a pris en compte mais on m’a expliqué que cela pouvait prendre plusieurs semaines. Malheureusement, ces symptômes n’ont fait qu’amplifier au fil des jours au point de devenir intolérables, nous empêchant de rentrer chez nous et nous obligeant, ma conjointe et moi, à nous réfugier dans la petite chambre de notre fils de 19 mois (la pièce la plus éloignée du compteur) pour tenter de dormir.

J’ai donc pressé Hydro-Québec d’intervenir d’urgence, renouvelant les appels tous les jours. Il faut bien comprendre la notion d’urgence puisqu’on ne pense qu’à une seule chose : FUIR CET ENFER. Après une semaine de calvaire, j’ai ordonné à Hydro-Québec qu’on me coupe l’électricité. Sans le savoir, j’ai dû actionner le moyen de pression ultime puisque 15 minutes plus tard un technicien était chez nous pour installer un compteur « non communiquant ». Depuis, ça va beaucoup mieux. Mais je ressens toujours quelques symptômes, comme les bourdonnements d’oreilles, que j’attribue au compteur du voisin du dessus qui a été installé le même jour que le mien – chez mes voisins de chaque côté, les compteurs sont là depuis plusieurs semaines et je n’avais rien ressenti jusque-là.

Pour terminer, j’aimerais dire que, même si nous avions un a priori plutôt négatif sur ces compteurs, nous n’avions pas vraiment pris le temps de nous informer, et que tous les symptômes décrits ci-dessus ont été clairement identifiés avant de les retrouver dans les témoignages sur Internet. Il ne s’agit pas de quelque sommatisation que ce soit, même si le facteur stress ne fait qu’aggraver les choses. Encore moins d’ésotérisme ou autre discipline occulte. Il s’agit d’une réalité, de NOTRE RÉALITÉ à tous, et il est grand temps que les responsables politiques en tiennent compte. Merci pour ce que vous faites. »

– François Contin

« Sous contre indication de ma part et contre ma volonté, Hydro-Québec c’est infiltré lors de mon absence pour installer un compteur soi-disant intelligent sur ma demeure. Depuis cette installation, qui a été effectuée au mois de septembre dernier, ma conjointe et moi avons commencé à avoir des symptômes qui ont un impact sévère sur notre qualité de vie. Ma femme qui est enceinte éprouve des symptômes qui à long terme peuvent avoir des impacts néfastes sur notre santé et celle de notre enfant. » – Michel Szmigiel – Tiré de sa lettre non encore mise en ligne sur le site de la RÉGIE

« Étant gravement affectée suite à l’installation d’un compteur émetteur-récepteur de micro-ondes pulsées, je me suis réfugiée pour dormir chez un ami pendant 6 mois. Une quantité énorme d’énergie m’était demandée pour remplir mes tâches quotidiennes, et grâce au fait que j’allais dormir chez un ami,j’ai pu survivre à cette preuve. J’ai organisé des rencontres pour informer mes concitoyens de Boucherville, et plus de 200 personnes sont venues, et plusieurs avaient des symptômes semblables à ceux dont je souffrais : insomnie, bourdonnements d’oreille, difficultés de concentration, perte de mémoire, tachycardie, anxiété, sinusites, pertes musculaires, douleurs névralgiques avec sensation de chocs électriques dans les mâchoires, et au centre du crâne. Je demande à la Régie d’être responsable et de faire cesser ces installations car ceci constitue une attaque à notre santé. Dans les municipalités de Santa Cruz, et au Vermont, les instances ont fait retirer ces appareils qui détruisaient la santé des humains, des animaux et des plantes. Aucune plante n’a poussé dans mon jardin qui était situé face au compteur. Il est primordial que les responsables soient honnêtes et arrêtent de jouer à l’autruche au nom du progrès. Il en va de la santé de tout le peuple québécois. »

– Sylvie Robitaille – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je suis une personne habitant un cinqplex à Sainte-Adèle. Au début du mois de Janvier 2014, la compagnie engagée par Hydro-Québec est venue changer les cinq compteurs mécaniques pour cinq compteurs intelligents ayant localisation à l’extérieur de mon mur de salon. Deux semaines après la pose, cela a débuté par des petits étourdissements ici et là, ensuite de plus en plus fréquents, les nausées ce sont mis de la partie, évidemment perte d’appétit, palpitations cardiaques, maux de tête jusqu’à ne plus devenir fonctionnelle pendant une semaine, couchée au lit, car les vertiges sont trop intenses. Obligée d’arrêter de travailler, mon bureau étant à la maison et d’étudier (je suis aux études). Je suis allée consulter mon médecin qui m’a prescrit un médicament pour aider mon système nerveux à être moins sensible en attendant que JE DÉMÉNAGE. EH OUI, JE DOIS DÉMÉNAGER de mon appartement actuel pour des raisons de santé. »

– Marie Tranquille, Sainte-Adèle – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je me suis documentée sur ces compteurs et je comprends qu’un seul compteur n’émet pas autant qu’un four à micro-onde mais il faut considérer qu’en-dessous de ma chambre à coucher il y a 21 compteurs regroupés, non seulement un. À ma compréhension, chacun de ces compteurs émettent 1500 fois par jour. Depuis l’installation des compteurs intelligents, le 10 octobre 2013, je souffre d’étourdissements et de maux de tête qui nuisent à mon bien être quotidien. Je voudrais savoir s’il y a des moyens à les faire retirer sans avoir à payer les frais exorbitants qu’Hydro-Québec impose. »

– Viorica Miron – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Cet été, les nouveaux compteurs ont été installés dans le quartier, tout autour de l’immeuble que j’habite. J’ai ressentides symptômes très éprouvants et inhabituels dans les jours et semaines qui ont suivi, dont certains durent encore,même si ces compteurs ne furent pas installés chez moi. Hydro-Québec les dit,à tort, inoffensifs. Je sais fort bien qu’il en est autrement, pour en avoir ressenti les effets, notamment en me plaçant à quelques pieds de l’un d’eux. (…) Avec de tels compteurs déjà installés à plusieurs endroits et ceux que l’on projette d’installer bientôt presque partout, il est difficile de trouver un logement qui n’est pas ainsi équipé ni cerné par des compteurs semblables ou risquant de le devenir. Étant hypersensible à l’environnement, il était déjà ardu de trouver un endroit adéquat pour ma santé, mais avec ces compteurs, cela devient un véritable casse-tête. Le Québec ressemble désormais à une véritable souricière pour les gens tels que moi. Je ne suis pas la seule dans cette situation, mais on ne se soucie absolument pas de nous. Comment une société qui se dit démocratique, ouverte, respectueuse des droits des personnes, peut ne pas tenir compte des personnes hypersensibles ni respecter les gens qui veulent protéger leur santé? Devrons-nous nous exiler? Plusieurs personnes comme moi, dont la santé est déjà atteinte, ont besoin d’être protégées, ainsi que toute la population. Des gens en bonne santé deviennent à leur tour hypersensibles ou développent des problèmes d’autres types avec l’installation de ces compteurs. Le droit à la santé et l’intégrité estpourtant une valeur fondamentale, encore plus que l’égalité homme-femme, car sans la santé, tout le reste est futile. Dans les écoles, on interdit désormais à tous les enfants d’apporter des arachides à cause des risques d’allergies. Pourquoi ne fait-on pas de même avec ces compteurs qui affectent la santé et encore plus celle de certaines personnes davantage sensibles? […] Plusieurs citoyens ont fait valoir leurs témoignages sur les effets qu’ils ressentent; nous ne sommes pas des fabulateurs et il ne s’agit pas d’effets nocebos, comme certains veulent le laisser croire, permettant ainsi de faire fi des effets de ces compteurs et laisser les gens souffrir sans mauvaise conscience.»

– Lucie Fortier – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Nous sommes déménagées dans une maison où un compteur émetteur de radio-fréquences était installé et peu après, ma fille de 12 ans a commencé à faire de l’arthrite. Elle a été suivie à Ste-Justine où ils pouvaient constater qu’il y avait effectivement de l’arthrite dans ses articulations mais ils ne comprenaient pas car ça ne correspondait pas au schéma habituel de l’arthrite. Ça a duré plusieurs mois pendant lesquels ses articulations enflaient, devenaient rouges et chaudes, elle se réveillait la nuit et pleurait, elle n’arrivait pas à marcher. Ça attaquait ses hanches, ses coudes, ses genoux, ses doigts, ses poignets, ses épaules ou ses chevilles. Au début, quand nous ne savions pas ce qu’elle avait, elle manquait des semaines complètes d’école. Par la suite, son médecin a demandé au CLSC qu’on lui prête un fauteuil roulant. Pendant plus de trois mois, elle allait à l’école à chaque jour en fauteuil roulant. Quand j’ai su que ça pouvait être causé par le compteur, je l’ai fait enlever en payant les frais pour le compteur non-communiquant et du jour au lendemain, ses douleurs se sont arrêtées. Maintenant, quand elle va dormir chez des amis où il y a des compteurs intelligents, elle a des douleurs. Nous sommes chanceuses d’habiter en banlieue où nous sommes relativement éloignés des compteurs des voisins, mais si, comme beaucoup de gens au Québec, nous étions près des compteurs des voisins, nous ne pourrions pas les faire enlever avec la façon dont l’option de retrait fonctionne présentement. »

– Annie Hamelin – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Le déploiement s’est fait très rapidement où je travaille – le centre-ville de Lachute. Je me trouve au bureau entourée de compteurs intelligents. Le plus gros symptôme, que je dois endurer 5 jours/semaine lorsque je suis au travail, est une anxiété intense dans mon estomac. C’est un peu comme si on était dans un accident d’auto et la seconde qu’on réalise qu’on va se faire frapper, un gros stress s’installe rapidement au ventre. De plus, depuis l’installation du réseau à Lachute, j’ai des maux de tête (pour la première fois dans ma vie), de l’acouphène, des moments dedéséquilibre et des grandes difficultés à me concentrer. Je suis maman monoparentale et je n’ai aucun choix que de travailler à tous les jours. Je m’expose à ces symptômes quotidiennement pour faire vivre ma famille. »

– Karen Dixon – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Depuis l’été 2007, j’ai développé différents symptômes d’électro-sensibilité, grosse tension à la nuque, problèmes de concentration, insomnie, sensations de type électrique dans les muscles.. . J’ai consulté un neurologue de l’Institut Neurologique de Montréal qui m’a suivi en 2008- 2009 et 2010 pour des lésions atypiques trouvées à la matière blanche du cerveau de cause inconnues mais sans diagnostique particulier..J’ai découvert en novembre 2013 que ma maison était dotée d’un compteur Itron-Centron C1SR depuis Février 2007, ce qui correspond à quelques mois avant le début des symptômes qui ont commencés fin mai 2007 ce qui me laisse croire que l’installation du compteur pourrait sans aucun doute avoir été un élément déclencheur. Mon travail est à domicile et j’étais donc constamment à proximité du compteur. Depuis 3 ans, nous avons ajoutés un WIFI et téléphone sans fils que nous avons aussi dû désactiver en janvier 2014. J’ai constaté que ceux-ci me donnait des maux de tête et de la difficulté à me concentrer. (…) Hydro sont venu changer notre compteur pour un modèle non communiquant Itron C1S il y a deux mois environ et depuis je peux constater une amélioration au niveau de ma santé générale. Maintenant, j’aurais beau ne plus avoir de compteur émetteur, je serai soumis au pulsons des compteurs des voisins et partout où j’irai au Québec. »

– Lucie Chevrier St-Onge – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Depuis près de deux ans déjà mon fils a acheté une demeure à Notre-Dame-du-Mont-Carmel sur laquelle un compteur intelligent est installé. Oui, ma petite fille de 4 ans maintenant souffre de tachicardie sévère depuis qu’ils sont déménagés dans cette maison. Je trouve cela très préoccupant de voir que lorsqu’elle est chez ses autres grands-parents à leur chalet elle n’a aucun symptôme et dès qu’elle revient à la maison son cœur s’emballe et devient très irrégulier …. il y a de quoi à être inquiète là. C’est un exemple parmi tant d’autres que je rencontre. J’ai moi-même commencé à ressentir des maux de têtes assez fréquents depuis que notre voisin s’est fait brancher son compteur «intelligent» car la maison était en construction avant et donc toute l’électricité avait été coupée. »

– Lucie Boucher – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« J’ai déménagé dans mon appartement voilà 1 an et demi maintenant et quand je suis arrivée, il y avait déjà un compteur de première générations d’installé. Au début je n’y prêtais guère attention mais je réalisai vite que depuis que je suis rentrée dans mon nouveau chez moi, ma santé a commencé à se déteriorer. À noter que je n’ai jamais eu de problèmes de santé auparavant (je n’ai jamais habité dans une maison où il y avait des compteurs numériques) Je vous explique: un mois après mon entrée, j’ai commencé à me rendre compte que j’étais beaucoup plus fatiguée en me levant le matin et ce, malgré une nuit de sommeil de 8 heures normale. Ensuite vinrent les céphalées fréquentes (au 2-3 jours) vraiment les plus sévères que je n’ai jamais eues. Les céphalées étaient parfois tellement sévères que je ne pouvais pas me rendre à mon travail alors ce qui veut dire que j’ai eu une perte de revenu. Encore une fois, je ne croyais pas que les compteurs y étaient pour quelque chose… mais quand mon conjoint est venu habiter chez moi, la même chose se produit pour lui aussi. Et pire encore, le premier hiver il a été malade la quasi totalité de l’hiver (grippe sur grippe.) Ce qui n’était jamais arrivé auparavant dans ses anciens appartements. »

– Anael Pearson-Tremblay – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je ne veux pas de ce nouveau compteur BIG BROTHER qui surveillera ma maison. Pire, des compteurs électropolluants sont désormais installés près mon immeuble. Il va sans dire que c’était une bataille telle celle de David contre Goliath. Certains de mes voisins ne décolèrent pas, chez ceux-ci le compteur ayant été installé à leur insu. (…) Au fil des semaines, à la suite de l’installation de ces polluants, certains de mes enfants chez qui ces compteurs ont été installés, je suis en mesure de vous faire part de divers nouveaux symptômes ayant entachés leur santé, ainsi que celle de leur famille. Loin d’être le fruit du hasard, je peux mentionner des maux de tête, de la nervosité, un manque de sommeil profond et réparateur, des poussées d’eczéma, et j’en passe. »

– Lucie Bertrand – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Ce matin, 20 décembre 2013, il y a eu chez moi une courte coupure d’électricité… Plus tard dans l’avant-midi j’étais irritée car par un cillement continu dans mes oreilles… et ça se poursuit. Quand je suis sortie de chez moi, il y avait un carton après ma poignée de porte. Hydro avait installé un nouveau compteur!! Donc ce cillement n’est pas psychosomatique, puisque je n’étais même pas au courant! Il y a donc bien des effets secondaires à leurs nouvelles bébelles et c’est notre bien-être physique et psychologique qui va en payer le prix! »

– Johanne C.

« Depuis l’installation du compteur nouvelle génération (sans notre consentement) le 2 décembre dernier, j’ai commencé à subir de l’acouphène (sifflement ressenti dans l’oreille), ainsi que des maux de tête persistants au cours de la journée. Je m’inquiète également grandement de la santé de mes proches, particulièrement de celle de mes enfants, qui souffrent régulièrement d’insomnies depuis l’installation du nouveau compteur ce qui affecte pour le moins leur rendement scolaire. Je suis aussi de plus en plus fatiguée, malgré le fait qu’aucun autre changement dans ma vie ne soit survenu depuis l’installation du compteur nouvelle génération. Je réclame donc la gratuité inconditionnelle du droit de retrait pour les clients subissant le poison irradiant des compteurs déjà déployés. »

– Charlotte Sasseville – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je suis tombée sur quelqu’un aujourd’hui qui m’a probablement sauvé la vie. Elle m’a demandé s’il y avait de nouveaux compteurs d’Hydro-Québec chez moi et la réponse est oui, depuis 3 mois. Ma tête de lit est collée sur les compteurs de l’autre côté du mur dehors – je dirais pas plus de 4 à 5 pouces. Depuis 3 mois, je souffre énormément. Mon système nerveux a déclenché des tremblements dans la tête et sur tout le corps, et je souffre d’insomnie, de nausées, d’irritabilité, de dépression, de fibromyalgie, de maux de tête, de mal et de raideurs au cou, et de spasmes musculaires. SVP, que me suggérez-vous de faire. J’ai vu sur Google quelqu’un dire qu’elle a mis du papier d’aluminium par-dessus les compteurs. J’apprécierais beaucoup une réponse le plus rapidement possible car mon travail et ma vie personnelle en sont affectés, et les médecins font encore des tests pour me dire s’ils croient que je fais une dépression majeure avec de la fibromyalgie. »

– Micheline B. – St-Hubert

« L’installation a eu lieu le 23 octobre dernier et dix jours plus tard, j’ai commencé à ressentir des symptômes inhabituels tels de très gros troubles digestifs (j’ai perdu 10 livres depuis l’installation, ce qui est énorme et donc très inquiétant), troubles de sommeil, troubles de concentration, acouphènes, maux de tête, anxiété, nervosité, étourdissements, etc… À priori, je n’ai jamais été une personne électrosensible. Ce n’est que depuis l’installation du compteur que tous ces symptômes sont apparus! Je suis parti en vacances au Mexique pour 3 semaines pendant le temps des fêtes et TOUS mes symptômes sont disparus au bout de 24 heures!!!! Le compteur étant installé sur le mur de ma cuisine et la cuisine ouverte sur mon salon (mon lieu de travail), je suis donc exposée aux ondes à longueur de journée! Cela m’angoisse énormément, je me sens prise ici chez-moi et je trouve terriblement ingrat le service d’Hydro Québec qui ne m’offre pas de soutien afin de solutionner le problème. Aucune coopération de leur part! AUCUNE!! (…) Voilà, je me sens bafouée, et non-respectée dans mes droits de citoyenne et je trouve aberrant qu’Hydro-Québec mente à leurs clients. Il va sans dire, que je suis très inquiète pour ma santé, je ne sais plus où me tourner pour solutionner mon problème. Pourtant, cela ne prendrait que 5 minutes à Hydro QC pour me sortir de mon enfer! La question de me faire imposer des frais de retrait me lève le cœur bien entendu, et comme vous voyez mes frustrations ne font qu’augmenter plus le temps passe! »

– Nathalie Renault – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je tiens à vous informer qu’un agent de la compagnie qui installe les compteurs est venu en mon absence. Il a trouvé ma petite nièce qui vient d’arriver de l’étranger, qui ne connaît rien. Elle lui a posé la question pour s’identifier. Il a refusé et a commencé à chercher lui-même au sous-sol de mon duplex. Il a installé les deux compteurs en mon absence et sans mon consentement car j’avais déjà communiqué avec la compagnie suite à une lettre envoyée par Hydro-Québec. Et j’ai toutes les preuves. Je suis déjà atteinte d’une maladie de sommeil et encore pire avec cette installation, j’ai de plus en plus mal à la tête et de plus en plus de difficultés à dormir. Et mon corps est tout le temps fatigué. J’ai même pensé de partir ailleurs. »

– Nadia Mamouni – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je voudrais commencer par vous dire que depuis quelques années, je suis toujours malade, surtout prise avec des vertiges presque tout le temps et des faiblesses. J’ai vu des tonnes de médecins et tout à été mis de côté. Ils me disent que je suis en bonne santé, mais je ne vais pas bien du tout et ils n’arrivent pas à trouver ce que j’ai exactement et ils ne comprennent pas du tout. Ce matin je suis tombée sur un article sur les compteurs intelligents. Je travaille de chez moi, j’ai mon bureau dans l’ancienne section du garage de la maison qui est maintenant un grand bureau et depuis quelques années, l’ancien compteur été changé par un compteur à affichage numérique Itron, et il est placé dans le garde-robe du bureau, face à mon bureau. Wow ! J’en reviens pas d’avoir lu les symptômes… J’ai plusieurs d’entre eux, mais surtout des vertiges qui m’empêchent de travailler, de grandes faiblesses, des pertes de mémoires et de la confusion. C’est vraiment pas drôle ! Je suis carrément abasourdie d’avoir lu cet article, Qu’est-ce que je fais maintenant et où aller ? Comment peut-on retirer ce compteur ? Qui peut-on appeler ? Je suis sans mots. »

– Natacha W.

« Je tiens à rapporter que depuis l’installation d’un compteur électropolluant sous ma chambre il y a un mois, je ne parviens plus à un sommeil profond et je souffre de fatigue continuellement. J’ai aussi développé des maux de tête, affliction que je n’ai jamais eue auparavant. Je savais que j’étais sensible aux ondes, ayant dû troquer mon sans fil pour un téléphone traditionnel, car au bout de quelques années d’usage, je ressentais de la chaleur, des picotements dans la tête et des étourdissements après quelques minutes sur le téléphone, symptômes qui cessaient instantanément après et qui n’ont plus jamais refait surface après mon changement de téléphone. Je suis très inquiète de constater cette répercussion sur ma santé. Je ne devrais pas avoir à payer pour faire remplacer le compteur par un appareil sécuritaire pour mon corps. Je vous demande de protéger mes intérêts et ma santé. »

– Marianne Durour – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je suis déménagée à Laval dans un condo le 23 juin 2013. Je n’éprouvais alors aucun problème de santé. Début juillet une entreprise est venue installer des compteurs intelligents dans les 2 petits cabanons adjacents sur le mur arrière de nos condos. Il y a 12 compteurs, soit 6 par cabanon. L’un de ces cabanons a un mur mitoyen avec celui de ma chambre à coucher. Le deuxième cabanon a un mur mitoyen avec le condo de mon voisin. Près de ma chambre à coucher et à moins de 2 mètres et de mon lit, il y a donc 12 compteurs intelligents qui émettent des ondes sur une base continue.

Dès le mois de juillet, j’ai commencé à avoir des acouphènes intermittents. En septembre mes acouphènes sont devenus continus. En novembre 2013, j’ai commencé à avoir des petits spasmes sur le corps (myoclonies), des fasciculations sur la main gauche, des fourmillements dans les pieds, les jambes et les bras, des orteils qui bougent tout seuls! Quelquefois je ressens des petits spasmes sur le crâne et dans le cou, des paresthésies un peu partout sur le corps. Les spasmes peuvent également avoir lieu dans mon abdomen. Les symptômes les plus dérangeants sont apparus dernièrement soit en décembre 2013 : de l’arythmie (car les spasmes peuvent se produire au niveau du thorax), puis de l’insomnie chronique. Je ne pouvais dormir chez moi que quelques heures suivies de plusieurs heures d’insomnie. Le corps semble trop sollicité par tous les symptômes mentionnés et devient comme sous l’effet d’une stimulation constante. Je dois maintenant dormir avec une médication. Le pire des symptômes sont les petites secousses électriques que je ressens dans mes jambes, (exactement comme lorsque le physiothérapeute vous applique des TENS pour favoriser la guérison d’une blessure). Or, le corps humain n’est pas fait pour dormir avec de telles stimulations. Depuis, je semble être devenue sensible aux Wi-Fi, ce que je n’avais jamais éprouvé auparavant. Je ressens constamment des symptômes qui varient et qui sont difficiles à décrire : ça pétille, ça gargouille, c’est comme des courants électriques qui circulent dans mon corps. De plus, j’ai constamment mal à la jambe gauche.

En octobre 2013, j’ai passé une semaine en Europe et curieusement mon acouphène a cessé trois jours après mon arrivée. Deux jours après mon retour à la maison, il a recommencé. En février 2014, j’ai loué un chalet dans les Laurentides pendant 5 jours. Sur place une antenne télé installée sur un arbre, un four micro-ondes et c’est tout. Mes symptômes sont disparus graduellement et le cinquième jour je n’avais plus aucun symptôme. Dès que je suis revenue chez moi, les myoclonies ont recommencé de même que tous les autres symptômes déjà décrits, l’insomnie étant la plus dérangeante car on ne peut plus fonctionner.

En décembre 2013, j’ai décidé de consulter au sujet des spasmes et des myoclonies car j’avais peur d’avoir une maladie dégénérative (sclérose latérale, sclérose en plaques, Parkinson). J’ai passé différents examens médicaux (scan cérébral, EMG) et jusqu’à maintenant aucun médecin ne peut expliquer mes symptômes. C’est vers le mois de février que j’ai commencé à penser que mes symptômes pouvaient être causés par les radio-fréquences émises par les compteurs intelligents. »

– Diane Lamarche – Laval – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Mes oreilles scillent depuis qu’ils ont installé les nouveaux compteurs intelligents. Voici des exemples… Lorsque je fais chauffer une tasse d’eau chaude une minute et que je reste à côté du four micro-ondes, mes oreilles me scillent (sifflement). De plus, depuis que vous en avez installé chez les voisins, cela m’empêche même de dormir, ça peut me prendre de deux à trois heures pour m’endormir et ça scille fort (le compteur est à côté de mon lit) C’est l’enfer ! Dites-moi sur quelle planète il faux aller pour avoir une qualité de vie et pour ne plus entendre les scillements. Ça me rend agressif, et parfois c’est pire quand j’arrive chez moi. Le monsieur d’Hydro nous dit : vous aurez pas le choix parce qu’Hydro-Québec va venir avec la police. Donc, on lui demande pour quelle raison? Il répond : C’est pour ne pas être agressé par les gens qui nous reçoivent avec des couteaux, des bâtons de baseball, un fusil ou un chien. »

– Denis Salois – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Bonjour, depuis le début de l’automne, moi et mes trois enfants sommes inhabituellement atteints de migraines. Plus particulièrement mon garçon qui présente un taux d’absentéisme important au point où l’école fournira un rapport d’observation de la situation. Il doit voir un neurologue. Il se rend a l’école maintenant une seule journée par semaine. Mes deux garçons rapportent des maux de tête et une intolérance aux bruits et à la lumière. La situation est telle que je me sens dépourvue et je manque également beaucoup de travail. Les enfants prennent du mieux quand ils dorment ailleurs. L’ensemble de cette situation coïncide effectivement avec l’installation du compteur ‘intelligent’. C’est quelqu’un qui m’en a parlé aujourd’hui comme je cherche désespérément une réponse à ce mystère et que je soupçonnais de plus en plus la présence d’un facteur environnemental dans ma maison. »

– Valérie V.

« J’habite à Laval depuis juin dernier où des compteurs intelligents ont été installés en juillet. Depuis que je vis ici, j’ai développé divers problèmes de santé: acouphènes, spasmes musculaires (myoclonies), secousses électriques dans les jambes, arythmie cardiaque, insomnie, yeux rouges. Je semble également affectée par les endroits où il y a des routeurs Wi-Fi. »

– Diane L.

 

« Les compteurs d’Hydro-Québec ont été installés vers la fin janvier, début février 2012 dans mon quartier. J’ai envoyé un avis de non-consentement qui indique clairement que je voulais garder mes compteurs électromécaniques. Jusque-là tout va bien. Malgré la pression que mon locataire a reçue à ce moment et que j’ai dû rassurer sur le fait que je m’occupais de ça, Hydro a respecté mon choix, sans frais.Je me suis dit à ce moment que je serais protégée des ondes électromagnétiques et que je n’aurais rien à craindre. Veuillez noter que dans ma maison, il n’y a aucune technologie à micro-ondes.

Vers le mois d’avril, j’ai commencé à avoir des douleurs (comme un choc électrique) dans les dents, je n’y ai pas trop porté d’attention. Puis, ont suivi des maux de tête, un engourdissement de mon visage et de l’insomnie (plutôt que de m’endormir vers minuit c’est la plupart du temps à 2 heures du matin que je le fais et en plus, je me réveille au moins une fois pendant mes courtes nuits de sommeil). Ensuite, des douleurs dans les oreilles de la pression dans les yeux. Plus tard, vers le mois de mai, j’ai perdu l’appétit. Je fais maintenant des sinusites répétitives, puis j’ai des palpitations, au point que j’ai l’impression que le cœur va me sortir de la poitrine.

Depuis le début du mois de juin, il m’arrive d’avoir un courant électrique qui me parcoure les jambes. Pour couronner le tout, la fatigue presque constante et récemment, j’ai vu des problèmes de mémoire apparaître. Ces symptômes sont souvent présents et sont apparues de façon progressive, le mal de tête, lui est constant. Et veuillez noter que je n’ai jamais eu mal à la tête de façon constante comme c’est le cas présentement. À part les migraines dues au syndrome prémenstruel et qui sont disparues depuis la ménopause en l’an 2000, je n’ai jamais été une personne qui avait mal à la tête.

(…) Le fait est que même si je n’ai pas de compteurs « intelligents » dans ma maison, sur le mur de la maison voisine qui se trouve à environ 3 mètres de ma maison on trouve quatre(4) de ces compteurs qui émettent 33,000 mW/m2 à 2 mètres de ces compteurs. Ce résultat fait que dans mon salon, on y fait une lecture de 19,000 mW/m2 au niveau de ma tête, d’où les maux de tête constant puisque c’est l’endroit où je m’assoyais le plus souvent avant de savoir d’où venait mon problème.

(…) À cause de la position des ces compteurs sur la maison voisine, je suis confinée à vivre la plus grande partie du temps dans mon sous-sol parce que le béton coupe plus efficacement ces micro-ondes. Après une demi-heure assise dans mon salon, le mal de tête commence. Dernièrement, j’ai fait un voyage d’une semaine à Cuba. Je n’ai ressenti aucun de ces symptômes au point où je me suis demandé si je devais changé de pays le jour de ma retraite venue. Si rien ne se passe à ce propos. C’est une solution que j’envisage. »

– Christiane Doré – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

 

« La présente a pour but de vous faire part de mon désir de faire retirer les trois compteurs/émetteurs qui ont été installés dans ma maison l’automne dernier. Depuis l’installation de ces appareils j’ai constaté une modification notable de la qualité de mon sommeil. Ma chambre se trouvant directement au-dessus de ces équipements et comme aucune autre modification à mon environnement n’est survenue depuis, je relie directement mes problèmes de sommeil aux ondes émises par ces nouveaux équipements. J’éprouve depuis ce temps : insomnie, réveil fréquent, agitation, assèchement drastique de la bouche la nuit, problèmes digestifs accompagnés de nausées, perte d’appétit. Je ressens aussi des maux de têtes lancinants ainsi que des problèmes de vision, vue trouble, des problèmes de concentration, de la confusion et des palpitations cardiaques. Tous ces malaises affectent mon humeur, j’éprouve de plus en plus d’impatience, et nuisent à mon travail que j’effectue aussi dans ma maison. Afin de retrouver un sommeil plus paisible je dors désormais par terre dans mon salon ce qui, vous en conviendrai, est loin d’être l’idéal ni normal lorsqu’on est propriétaire de notre habitation. Je vous demande donc de venir retirer sans frais les trois (3) équipements qui se trouvent dans mon sous-sol dans les plus brefs délais afin que je puisse récupérer la pleine et entière jouissance de toutes les pièces de ma maison. »

– Joanne Dionne – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Grillée par les ondes, je suis hypersensible aux ondes électromagnétiques depuis 1 an. Je dessinais sur ordinateur dans le domaine de l’ingénierie du sans-fil. J’ai 7 compteurs intelligents (émetteurs de micro-ondes pulsées) sur le mur de mon condominium. À proximité d’appareils émettant des micro-ondes, la peau me brûle et j’ai des chocs qui me traversent le corps et le cœur, des palpitations, des céphalées, les oreilles me font mal, j’ai des points noirs dans les yeux et ils se gorgent de sang, la machoire veut parfois crochir, des pertes de notion dans l’espace, étourdissements, mon corps grésille, des infections chroniques aux yeux, sinus et reins lorsqu’exposée au wifi. Je souffre maintenant de fatigue chronique et d’autres symptômes. J’ai été trop exposée au travail et à la maison. J’ai envoyé une mise en demeure à Hydro-Québec les suppliant de m’enlever ces 7 compteurs qui émettent pour des compteurs non communiquants. Je leur ai envoyé mon diagnostic d’hypersensible aux ondes électromagnétiques, mais ils m’ont répondu que les compteurs ne sont pas dangereux et qu’ils émettent très peu. Je savais qu’ils mentaient, mais que pouvais-je faire. Je n’avais pas les moyens de payer pour tous les copropriétaires, et en plus ils auraient installés des compteurs qui me font aussi mal. J’ai dû vendre mon condo. Je ne peux plus travailler. J’ai tout perdu. J’ai confiance que quelque chose changera et rendra ce monde plus accueillant pour nous. »

– Linda Bernard – Tiré de sa lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

 

« Peu de temps après l’installation d’un compteur intelligent l’été dernier à notre résidence à Roxboro, j’ai commencé à avoir des sautes d’humeur, suivi de grosses quantités d’écoulement nasal le matin, et par la suite des irritations de la peau et des démangeaisons incontrôlables et pour compléter le tout, je perds rapidement mes cheveux. C’est alarmant… J’ai peur de devenir chauve. »

– Claude P.

 

« Moi j’étais en vacances quand ils sont venus changer le compteur, par le nouveau compteur dit « intelligent ». J’habite à St-Sauveur. Je ne savais donc pas que j’avais ce nouveau compteur, mais depuis mon retour de vacances cela fait 15 jours je dors très mal, je n’ai jamais aussi mal dormi. Je mets des heures à m’endormir, je me réveille plein de fois et reste éveillée pendant des heures. Ce matin ma fille se lève et me dit qu’elle aussi dort très mal. Elle a des sueurs et fait de nombreux cauchemars. Alors j’ai pensé au compteur et je suis allé dehors pour constater qu’il avait bien été changé et j’ai fais le rapprochement avec nos problèmes d’insomnie. Voilà, nos problèmes pour l’instant liés à ce compteur. »

– Annabelle

 

« Je demeure à Laval près de Montréal. L’automne dernier Hydro-Québec a installé six compteurs intelligents près de ma maison – deux directement sur le mur de ma maison et quatre autres sur la maison de mon voisin. Depuis ce temps, je souffre d’acouphène assez sévère pour m’empêcher de dormir. Un matin n’en pouvant plus j’ai fait venir les ambulanciers qui m’ont reconduit à la Cité de la santé à Laval. À cet endroit, on m’a prescrit des pillules pour dormir. Je crois que je devrai faire augmenter les doses, car j’ai l’impression que ces pilules ne suffiront pas longtemps à la tâche. Une idée m’est venu… Tenter de coucher ailleurs que chez moi pour évaluer mes nuits de sommeil à un autre endroit. Jusqu’à aujourd’hui l’expérience me semble positive. Je me pose la question ‘Vais-je être obligé de déménager pour avoir une vie normale ?’ J’espère de tout mon cœur que quelqu’un pourra régler les problêmes reliés à ces compteurs qui détruisent la vie de plusieurs. »

– Gérard R.

 

« Voici en bref ma situation suite à l’installation récente du nouveau compteur intelligent à mon domicile. Comme tout le monde, il m’arrive d’avoir des maux de têtes de façon aléatoire sans gravité. Depuis les dernières semaines j’ai des maux de tête à TOUS les matins!! En réfléchissant à ce qu’il pouvait m’arriver, la lumière s’est allumée et je me suis souvenu de l’installation du nouveau compteur d’Hydro-Québec chez moi. Le compteur est situé juste derrière mon lit à 4 pieds de ma tête, donc depuis je me questionne sérieusement si la présence du nouveau compteur est une cause à effet!! Je ne suis pas un hypocondriaque de nature, mais pour que je prenne de mon temps pour lire sur le sujet et chercher à comprendre de ce que je vis, c’est que j’ai de sérieux doutes sur l’avis d’Hydro-Québec que c’est sans conséquence. Je pense même à faire remettre l’ancienne version et à payer l’extra mensuel, car il en va de ma santé! Se lever tout les matins avec un mal de tête est très déplaisant… et ce n’est pas juste au lever… Durant la nuit je m’aperçois déjà que j’ai mal à la tête! Et étrangement plus la journée avance, plus le mal disparaît, sauf à de très rares occasions où mon mal de tête perdure toute la journée. Bref, voici mon témoignage… Je continue à lire sur le sujet! »

– Steeve B.

« Je demande immédiatement le retrait de ce compteur « intelligent » de ma maison et cela sans aucun frais. En vérité, je ne savais pas que ce compteur pouvait être aussi néfaste jusqu’au moment ou j’ai réalisée quelques jours après son installation dans mon bureau, où je travaille toute la journée, que je manquais de concentration et que j’avais des maux de tête. Je n’ai jamais eu de mots de tête avant. De plus, ma chambre à coucher adjacente au bureau, la nuit, je me réveille super angoissée avec de l’acouphène et des mots de tête. Je demande à la Régie de l’Énergie de cesser de faire la sourde oreille aux citoyens qui s’opposent à cette technologie dangereuse pour nos santés, celle de nos enfants et de nos animaux. »

– Doris Lapierre – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Quand la mode des cellulaires a débuté, j’ai comme tout le monde cédé à la tentation, je suis très techno tendance et aime être le premier à obtenir toutes nouveautés. J’ai rapidement déchanté. Je me suis mis à ressentir des raideurs au cou et des grésillement sur le crâne autour de l’oreille sur laquelle je tenais mon cellulaire. Après avoir cru être fou, je me suis tranquillement rendu compte que je n’était pas le seul à qui cela arrivait. Aujourd’hui, je n’ai plus de téléphone cellulaire ni de sans fil à la maison, et ne m’en porte que mieux. Je suis le débat entourant les nouveaux compteurs d’un œil attentif depuis plusieurs années. Mais comme j’ai toujours une ouverture envers les bénéfices du progrès technologique, je n’étais pas inquiet, car je ne me fie toujours qu’à ma propre expérience. Hydro-Québec est venu installer son nouveau compteur à ondes électromagnétiques il y a deux jours sur le mur extérieur de ma chambre à coucher. Quand je suis couché la nuit, je ressens les mêmes symptômes que lorsque j’utilise un téléphone cellulaire, c’est-à-dire, des raideurs au cou (nuque), un mal de tête localisé en direction du compteur seulement (je n’ai jamais mal à la tête, c’est un mal qui m’est étranger, sauf depuis les deux dernières nuits), une oppression bizarre à la poitrine (et non, je ne me sens pas angoissé, je suis très calme, seulement attentif à moi comme à mon habitude). Tous sont des symptômes totalement nouveaux pour moi et en concordance avec l’installation du nouveau compteur intelligent d’Hydro-Québec. Je vais continuer à observer ma condition physique…. à suivre. »

– Daniel St-Pierre

 

« Depuis cette installation chez mes voisins, mes problèmes de santé ont nettement augmenté. Je ne peux plus aller chez mon fils qui demeurent à 10 minutes de chez moi, je ne peux plus aller chez ma sœur, ni chez ma belle-sœur, ni nulle part où sont installés ces nouveaux compteurs sans avoir d’importantes souffrances systémiques. Ma belle-sœur est venue me voir en pleurant parce qu’elle ne voulait pas du nouveau compteur, mais qu’elle n’avait pas les sous pour refuser. »

– Micheline St-Onge – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Le 9 janvier dernier, à mon retour à la maison, j’ai eu la mauvaise surprise de trouver l’installateur de Capgemini en train d’installer le 3e compteur. Il m’a dit qu’il avait les intructions de ne pas tenir compte des affiches installées ‘car certaines municipalités en mettent partout’. Il m’a également dit que le voisin d’à côté l’avait autorisé, ce qui s’est révélé faux par la suite. Il avait enlevé le treillis afin d’installer les compteurs intelligents, ce que je considère comme une violation de domicile. J’ai téléphoné à Capgemini pour compléter une demande de retrait, mais devant les frais que ceci va engendrer pour finir avec un compteur de 1ère génération qui est à radiofréquences également, j’ai laissé tomber. Trois jours plus tard, j’ai commencé à avoir des cillements d’oreilles qui m’empêchent de dormer la nuit. Je suis aux pilules pour dormir depuis ce temps. J’essaie de trouver des solutions telles: faire évaluer le niveau de radiofréquences chez moi ($600); éliminer tous les appareils qui contribuent au niveau de radiofréquence; faire éloigner les compteurs de la maison (environ $3000) et si tout ça ne marche pas, je devrai vendre. Qualité de vie diminuée, sensation de m’être fait avoir et d’impuissance. J’espère que mon témoignage servira à quelque chose. »

– Denise Perreault – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« J’ai déménagé dans une nouvelle maison l’été dernier avec ma famille où un compteur intelligent est installé. Dès la première journée dans la maison, j’ai éprouvé de violents maux de tête. Comme j’avais également la grippe, j’avais associé ces symptômes à la grippe. Toutefois, lorsque nous avons quitté la maison pour quelques jours de vacances, environ une semaine après le déménagement, j’ai remarqué que les maux de tête ont disparu. C’est au retour à la maison que j’ai constaté, quelques minutes après être rentrée, que le mal de tête reprenait de plus bel. Quelques jours plus tard, nous avons blindé (peinture métallique avec mise à la terre) le mur de la chambre de mon fils au rez-de-chaussée vis-à-vis le compteur, situé à l’extérieur, et mes symptômes ont arrêté. Par contre, nous n’avons pas blindé le mur du sous-sol vis-à-vis du compteur où je vais périodiquement. Je n’avais jamais éprouvé de tels symptômes avant ce moment et je pensais que tout s’arrêterait là. Pourtant, au cours de l’automne, j’ai réalisé que les symptômes étranges et de plus en plus oppressants dans ma tête étaient en fait de l’électrosensibilité. À force d’essais, j’en suis venue à cette constatation sans aucun doute. Je suis maintenant électrosensible à tous les champs électromagnétiques, que ce soit les néons au-dessus de mon bureau, ou les cellulaires de mes collègues. Nous sommes maintenant en hiver et les migraines sont constantes aussitôt que je sors de ma chambre (qui a été blindée). Je souhaite que les citoyens aient la possibilité de faire retirer gratuitement leur compteur intelligent, pour dommage à la santé, et n’aient pas de frais annuels à payer pour la lecture d’un compteur non communiquant. »

– Véronique St-Onge

« Mes problèmes ont débuté par des étourdissements, j’ai été pendant un mois à être étourdie par le moindre mouvement, je ne pouvais plus bouger, m’étendre ou me pencher sans avoir l’impression d’être dans un manège tournant à une vitesse folle. Ensuite ce fut de forts maux de tête, j’avais les côtés de la tête enflée, mes montants de lunettes m’enfonçaient dans la tête et demeuraient enfoncés lorsque je les retirais. Je pouvais aussi sentir derrière ma tête un gros renflement que je n’avais pas habituellement. Ensuite, ma langue s’est mise à m’engourdir. Peu après je me mis à avoir des palpitations cardiaques lorsque je me trouvais dans le salon et dans les environs de ma chambre. Je ressentais aussi pendant la nuit des brulures intenses aux genoux.

J’ai toujours eu un excellent sommeil, jamais de problèmes d’insomnie de toute ma vie, mais là, je me suis mise à faire de l’insomnie! Mon sommeil était coupé, parfois à 2:00h, d’autres fois à 4:00h du matin, complètement électrisée je n’étais plus capable de me rendormir! Je m’éveillais avec la vue embrouillée, le contour des yeux qui picotaient et les oreilles bourdonnantes. Comme si ça sifflait. Mon mari, en parfaite santé et âgé de 45 ans, s’éveillait également à des heures inhabituelles avec les mêmes symptômes, mais lui, il a vu son psoriasis doubler, des taches comme un léopard se sont mis à apparaitre sur son torse en plus des maux de têtes et des palpitations cardiaques.

J’avais à chaque matin l’habitude de remplir ma grille de mots croisés, mais là je n’étais même plus capable de placer un mot. Je cherchais aussi mes mots lorsque je parlais et manquais de cohérence, je n’arrivais plus à accomplir mon travail, j’étais tout le temps épuisée. Je ne participais plus aux conversations familiales comme avant, je me repliais sur moi-même. Un matin je me suis éveillée avec la moitié du visage engourdi. J’ai eu très très peur.

Parallèlement, ma fille de 10 ans en parfaite santé s’est mise à avoir le cœur qui s’emballe, mais avec de très fortes palpitations le soir lorsqu’elle allait dans sa chambre pour se coucher, on aurait dit qu’elle venait de faire une course! Elle faisait elle aussi de l’insomnie accompagné de maux tête de façon quotidienne! Je devais lui donner des tylenols chaque jour (à une enfant de 10 ans!!!). Je l’ai amené consulter son pédiatre qui lui a fait passer des examens ainsi qu’un électrocardiogramme qui n’a révélé aucun problème. Le matin elle partait à l’école comme un zombie et elle qui était une excellente élève a vu ses performances scolaires dégringoler.

C’est à ce moment que je me suis mise à parler de nos symptômes et on m’a recommandé d’inspecter notre environnement, nos habitudes de vie. Rien n’avait changé, sauf… SAUF que j’ai découvert qu’un compteur intelligent avait été installé à l’intérieur de la maison où nous vivions. J’avais eu connaissance que le propriétaire avait fait arranger quelque chose pour le système de chauffage de la bi-énergie le mois auparavant sans plus. Ce compteur qui avait été installé récemment était situé au-dessus de notre chambre au deuxième étage, à l’intérieur de la maison (à moins de 3 mètres) et en diagonale avec la chambre de ma fille et communiquait avec un routeur situé dans un poteau en face de la maison. J’ai fait alors des recherches afin de voir s’il y avait d’autres personnes qui présentaient les mêmes symptômes que nous. J’en ai découvert plein! La cause de leurs problèmes de santé : un ou plusieurs compteurs intelligents!!

Nous avons dû quitter cet endroit devenu invivable où nous étions installés depuis plus de 7 ans. Aujourd’hui nous sommes déménagés dans une maison SANS compteur intelligent. Nous avons encore un vieux compteur à roulettes. Plus d’insomnie, plus de palpitations cardiaques, plus de maux de tête, nos problèmes ont majoritairement disparu, à part l’électrosensibilité. Je ne peux plus être en présence de WiFi, ça me fait énormément souffrir, je deviens courbaturée avec des maux de tête et des palpitations cardiaques. Lorsque je passe plus de quinze minutes à l’ordinateur, je ressens des chocs dans la main avec laquelle j’utilise la souris. Si je vais dans les lieux publics où il y a le WiFi je le sens immédiatement. C’est très désagréable et souffrant, les articulations des jambes me bloquent, la langue m’engourdit et je sens de fortes pressions qui tirent à la base du cou. La proximité de téléphones cellulaires m’indispose aussi énormément, on dirait que le cœur veut me sortir du torse et ça me cause de très grands malaises. Ma fille qui a maintenant 12 ans présente les mêmes symptômes mais en plus léger – à son jeune âge, les cellules endommagées se régénèrent encore.

Je ne peux presque plus sortir dans les lieux publics puisque le WIFI est quasiment partout (autobus, universités, cafés, cliniques médicales, cliniques dentaires, etc.) et que tout le monde est collé à leur cellulaire. Je ne peux plus prendre de contrats à l’extérieur de la maison pour mon travail. Aujourd’hui je ne peux plus me rendre dans les grosses entreprises pour la mise au point de formations. Je vais à peine à l’épicerie ou je ne suis capable que de rester qu’un maximum 20 minutes, sinon ça va me prendre le reste de la journée pour me remettre. Je vis isolée, presque recluse. Je trouve la situation très déplorable. Jamais je ne souhaiterais ça, même à mon pire ennemi. »

– Valérie B.

« On a changé notre compteur ça fait quelques semaines pas plus! Je suis une personne très à l’écoute de mon corps et je ne suis jamais malade ou presque. J’ai remarqué depuis approximativement un mois – car là ça empire de plus en plus avec le temps quand je suis à la maison. Moi je suis à l’extérieur du pays à chaque semaine pour quelques jours et je ne vis aucun symptôme pendant mon travail. Donc à la maison, je me réveille souvent la nuit et dans mon corps, c’est alors comme si ca vibre, comme si j’étais hyper-stressée !! Je ne sais pas comment expliquer… c’est comme une grosse tension à l’intérieur de moi. Le cœur me débat comme si je venais de faire du jogging!!! Mais je remarque que ça se produit la nuit et quand je suis surtout au repos! La semaine passée, j’ai eu un gros mal de tête qui a duré jusqu’à mon départ à l’extérieur du pays. J’avais le visage rouge et chaud et comme des battements de cœur dans tête! Le lendemain donc au réveil de mon dodo à l’extérieur de chez moi, plus de symptômes du tout!! Donc je me suis mise à chercher des causes et quelle fut ma surprise de voir que les compteurs intelligents d’Hydro-Québec apportent des problèmes de santé. Là, je viens d’arriver de mon voyage hier soir ! Et cette nuit encore ça n’a pas bien été. J’ai recommencé à avoir des symptômes, du stress et mal à la tête. Les jambes me picossent, genre des jambes stressées qui bougent!!! Et là en plus, j’ai le cœur qui me débat et comme une douleur dans les trapèze et en arrière du cou qui descend dans le millieu du dos. Donc je suis décidée ce matin !!! J’ai pas dormi de la nuit et je me sens stressée au bout! J’appelle Hydro ce matin pour me faire retirer le compteur. Je veux plus rien savoir de ça sur la maison c’est définitif!!! Ça part d’ici!!!!  »

– Natalie

« J’habite dans la région de Laval et depuis qu’ils ont installé le nouveau compteur dans ma maison il y a environ 5-6 mois, j’ai commencé à ressentir une gamme de symptômes: palpitations cardiaques, acouphène, nervosité, anxiété, maux de tête, fatigue intense et j’en passe. Je suis âgé de 29 ans et je n’ai jamais été reconnu pour des problèmes de santé. En autre, j’ai toujours été une personne très active. Depuis ces derniers mois, je n’ai plus cette même énergie d’autrefois en raison de ces multiples symptômes qui sont très dérangeants. »

– Sacha

« C’est à la suite d’une rencontre d’information en lien avec la controverse des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, tenue à Salaberry-de-Valleyfield en novembre dernier, que j’ai découvert que ma maison était déjà dotée d’un compteur qui émet des radiofréquences. L’installation de ce compteur s’est faite en février 2007… à notre insu! Quelques mois plus tard, soit à la fin mai 2007, mes premiers symptômes sont apparus. J’ai effectivement développé différents symptômes d’électrosensibilité, dont des maux de tête, des problèmes de concentration, de l’insomnie et des sensations de type électrique dans les muscles. J’ai consulté un neurologue de l’Institut neurologique de Montréal, qui m’a suivie en 2008, 2009 et 2010. Il n’a trouvé aucune maladie… ni aucune solution! Cette coïncidence me laisse croire que l’installation du compteur pourrait avoir été un élément déclencheur. Mon travail est à domicile; j’étais donc constamment dans cet environnement. À cette époque, nous n’avions ni wi-fi ni téléphone sans fil. Nos cellulaires étaient d’ailleurs presque toujours fermés. Hydro-Québec a mis un mois, après ma demande de retrait, avant de procéder à l’installation d’un modèle non communicant. Je dois spécifier qu’à la première demande, l’agent d’Hydro-Québec niait les émissions de ce compteur. Au deuxième appel, on a acquiescé qu’il émettait… mais très peu. L’information se veut rassurante : seulement six minutes d’émissions par jour. Ce qu’on n’explique toutefois pas, c’est que ça pourrait émettre jusqu’à 65 000 microwatts par mètre carré. Celles-ci durent une fraction de seconde toutes les 20 à 30 secondes environ, ce qui totalise six minutes par jour. C’est un peu comme si, toutes les 20 à 30 secondes, votre système nerveux recevait un coup de fouet. Mon expérience me laisse méfiante concernant ces radiofréquences supplémentaires. Elles nous seront imposées par l’implantation de ces compteurs intelligents partout au Québec. Je ne peux concevoir comment exposer la population à ce genre de radiofréquences est pour le bien-être collectif, comme le laisse entendre Hydro-Québec.  »

– Lucie, Salaberry-de-Valleyfield – Tiré de cet article de journal.

« L’installation d’un de ces compteurs de première génération a été pour moi la goutte qui a fait déborder le vase. En janvier 2011 une employée est venue changer mon compteur mécanique pour un compteur de nouvelle génération, ( sans aucun avis) compteur qui pulse constamment des ondes électromagnétiques. J’ai développé une hyper sensibilité électromagnétique et ce fut long avant que le diagnostic soit rendue car très peu de médecin traitent ces symptômes. Une fois prise avec cela, le moindre contact déclenche les malaises : Yeux rouges, qui coulent comme si je pleurais sans cesse, ces larmes sont visqueuses et irritantes. Maux de tête plus fort le matin et s’estompant dans le courant de la journée. Maux de cœur, comme quand j’étais enceinte. Le nez qui saigne quand je me mouche et sinusite qui ne guérit pas. Grande fatigue, irritabilité et dépression. J’ai fait ficher tous mes appareils afin de minimiser les impacts et je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour renforcer mon système immunitaire afin de pouvoir vivre plus normalement. Ceci m’occasionne de nombreux frais. (…) La santé de toute une population est plus importante que les profits d’une compagnie assez mal gérée qui prend des décisions sans études d’impact et s’appuie sur une loi canadienne désuète? Une erreur corrigée ne vaut-elle pas mieux qu’une erreur ignorée? Je vous supplie de faire le nécessaire pour ramener à l’ordre ces dirigeants. Pour toutes ces raisons et surtout la santé, la mienne et celle de tous ceux qui sont fragile à l’hypersensibilité, (et nous sommes nombreux) je demande qu’Hydro-Québec ne soit pas autorisée à installer ces compteurs intelligents tant et aussi longtemps qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs. Le principe de précaution doit s’appliquer. Cette compagnie ne peut agir impunément sans rendre de compte à qui que ce soit! »

– Nicole Faucher – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

 

« Depuis le 3 janvier, Hydro-Québec a procédé à l’installation de 50 nouveaux compteurs de nouvelle génération et d’un router dans le domaine de Saint-Colomban où j’habite avec ma famille. Pour moi, l’exposition à ces ondes est insupportable, les saignements de nez et dans mes yeux sont revenus. J’ai constamment mal à la tête et ma qualité de vie a vraiment diminué. J’ai l’impression que si je reste au Québec, c’est presque une mort assurée. »

José Lévesque et son combat contre les compteurs intelligents – 24 janvier 2014 – Voir aussi son témoignage ICI sur le site de la Régie de l’énergie

 

« J’ai téléphoné trois fois à Hydro Québec afin de demander qu’on vienne nous installer l’ancien compteur électromécanique. Hydro Québec nous a refusé cette demande.En effet, depuis juillet 2010, nous avons un Centron de Itron de première génération. À peine un mois après cette nouvelle installation, ma santé s’est gravement dégradée : Fatigue généralisée, dépression, céphalés, hypertension, tachycardie, arythmie cardiaque, insomnies, et problèmes cutanés ont fait leur apparition. Jusque-là, j’ai toujours été citée en exemple comme étant un monument de bonne santé. Jamais malade, bourrée d’énergie. Je suis végétarienne depuis 18 ans et je fais de l’exercice 24 heures par semaine. Cela m’a pris 19 mois avant de découvrir que mon état de santé était en fait des manifestations d’électrohypersensibilité causées pas ce maudit compteur numérique. Dès que je l’ai emballé (de papier d’aluminium) et dès que j’ai blindé ma maison, tous mes symptômes ont disparus. Ils ne réapparaissent qu’en présence d’ondes électromagnétiques issues des tours de télécommunications, des Wifi et des téléphones DECT des voisins et des ondes pulsées dégagées par les compteurs numériques de première génération ou pire encore, des nouveaux compteurs intelligents, lorsque je m’hasarde sur mon terrain ou que je tente de prendre une marche dans mon quartier. »

– Dominique Brillon – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

 

« Étant électrosensible, il n’y a aucune technologie sans fil dans notre maison (par obligation et par choix) et celle-ci est dans le bois afin d’éviter au possible les ondes, les tours de télécommunication et autres… Ayant visité une amie à Villeray (l’installation d’un compteur intelligent y a été faite en 2012), j’ai ressenti les symptômes revenir soit, acouphène, douleurs de type électriques dans les bras et les jambes, maux de tête, palpitation cardiaques et étourdissements, après seulement 30 minutes dans son logement. Tous les symptômes ressentis lors de l’installation d’un routeur (Wi-Fi) en juillet 2013 à la maison, avant que je ne réalise que mes malaises provenaient des technologies sans fil. D’où l’élimination de celles-ci (Wi-Fi, téléphone sans fil, IPad, cellulaire etc…). La mise en place d’un compteur intelligent à la maison ferait que je ne pourrais y demeurer. Où aller ??? Nous nous sommes isolés pour me permettre une certaine qualité de vie. Je compte sur votre empathie et votre compréhension avant de prendre une décision éclairée dans ce dossier. »

– Claire Camirand – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

 

« Depuis l’installation de notre nouveau compteur (sans notre consentement), mon conjoint et moi avons des maux de têtes plus fréquents (3 fois/semaine) et ils sont plus douloureux. Pour les contrôler, nous prenons une dose de plus de comprimé car la dose habituelle n’est plus efficace. Pour ma part, j’ai débuté à entendre des sons la nuit lorsque tout est calme dans la maison. Je crois bien que je débute de l’acouphène depuis octobre. Je m’inquiète grandement de ma santé et celle de mes proches incluant mes jeunes enfants. Je suis aussi de plus en plus fatiguée malgré qu’aucun autre changement dans ma vie s’est passé depuis l’installation de notre nouveau compteur. Plusieurs études européennes prouvent que les ondes sont négatives et je voudrais bien que la régie puisse faire en sorte que nos enfants grandissent dans un environnement sain et que leurs proches soient en pleine santé pour les accompagner tout au long de leur vie (parents, grands-parents, etc.). »

– Caroline Drolet – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Par la présente je veux formuler les symptômes importants de santé qui sont apparus suite à l’installation du compteur émetteur de radio-fréquences de marque Focus Landis+Gyr en avril 2012. Historique : Je me suis mise à être fatiguée malgré que je dormais, mais je ne dormais pas d’un bon sommeil car je me réveillais à toutes les 45 minutes. Je n’avais jamais souffert d’une telle forme d’insomnie. Je me suis mise à faire des rhinites et grippes à répétition, cela a duré du mois d’avril jusqu’au mois de septembre 2012. J’étais très nerveuse, avais des douleurs de type électriques dans les bras et les jambes, des irradiations dans les mâchoires, des crampes dans le milieu de la tête. J’avais des bourdonnement d’oreille, des difficultés de concentration, des pertes de mémoires, des chutes de pression, des serrement au cœur. En septembre je suis partie suivre une formation pendant 2 semaines. Deux jours après mon arrivée au site de la formation, j’avais retrouvé ma santé et n’avais plus aucun symptômes. Aussitôt de retour à ma maison, les symptômes sont revenus. Il ne m’était plus possible de vivre chez moi. (…) Je demande à la Régie, pour ma santé et afin que je sois à nouveau en paix chez moi, de remettre le compteur électromécanique qui fonctionnait très bien et qui ne me rendait pas malade. Au nom de toutes les victimes des émissions d’ondes pulsées, car j’en entends à chaque jour de nouveaux cas, j’insiste auprès de la Régie pour que vous nous entendiez. En Californie, ce même type de compteur a rendu des milliers de gens malades. »

– Sylvie Robitaille – Tiré d’une lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Je viens à mon tour vous offrir notre témoignage. Mon fils de 10 ans qui était en pleine santé a reçu le diagnostique de deux formes différentes d’épilepsie, et ce, curieusement, depuis l’installation de ces compteurs intelligents chez mes voisins. Il a depuis été hospitalisé 4 fois en l’espace de moins de 2 mois, alors qu’il a toujours été en pleine santé auparavant. Les crises d’épilepsie surviennent notamment la nuit et durent plus de 20 minutes où il reste totalement inconscient. Dans ces crises, il paralyse complètement, et a depuis gardé une paralysie à sa joue. Il a passé plus d’un mois à rester incohérent le jour, à avoir du mal à marcher droit sans perdre l’équilibre et à montrer des signes marqués de difficultés à comprendre et à s’exprimer. Nous sommes de la région de Sainte-Sophie, dans les Basses-Laurentides. »

– Marie-Josée A. – Basses-Laurentides – Beaucoup PLUS DE d�tails dans sa bouleversante lettre d’observations sur le site de la Régie de l’énergie

« Un technicien d’Hydro-Québec est venu installer un compteur de nouvelle génération vendredi le 8 novembre 2013. Je n’ai jamais souffert d’acouphène et j’ai 56 ans – sauf si je sortais d’un endroit où la musique était forte, mais ça finissait par passer en quelques heures. Ça fait maintenant 2 jours que le compteur est installé et depuis ce temps je souffre d’acouphène constant. Je sors de la maison et je m’éloigne un peu puis ça s’arrête. Je reviens dans la maison et ça continue. Dans la nuit d’hier à aujourd’hui (9 au 10 novembre 2013), j’ai eu une migraine terrible. Je n’ai jamais de migraines en temps normal. J’ai très mal dormi. Mon acouphène est constant depuis l’installation. Ils nous imposent leurs compteurs et les inconvénients qui viennent avec, ou on devra payer plus si on veux avoir un compteur ‘non communicant’. Je ne veux pas de leur « compteur intelligent » et je ne veux pas payer le surplus imposé. Quels sont MES droits ? C’est moi qui vais vivre avec ces problèmes et je trouve déjà que je paye amplement en taxes, impôts et en frais de toutes sortes. Ce n’est pas seulement d’un moratoire dont on a besoin mais c’est aussi d’un libre choix de refuser sans frais. »

– Pierre D.

La vie de Brigitte a basculé le 25 janvier 2012. « J’ai ressenti une explosion dans ma tête. J’ai été prise de vertiges qui m’ont fait tomber par terre. Mon coeur palpitait tellement que je pensais que je faisais un arrêt cardiaque. C’est une semaine plus tard, en parlant à ma propriétaire, que j’ai découvert que les trois compteurs électriques de notre immeuble avaient été changés chez elle, sous mon appartement. J’ai ressenti ces douleurs intenses au même moment où les compteurs intelligents ont été installés à mon insu », relate Brigitte, qui habite le quartier montréalais de Villeray, l’un des premiers sélectionnés par Hydro-Québec pour recevoir les compteurs nouvelle génération émetteurs de radiofréquences (RF). Depuis cette date, Brigitte est devenue sévèrement intolérante aux RF et autres champs électromagnétiques (CEM) émis par les appareils (filés et sans fil) et les fils électriques. « Acouphènes, insomnie, migraines, palpitations et oppression cardiaques, vertiges, nausées, tremblements intérieurs constants sont les symptômes avec lesquels je dois vivre quotidiennement depuis bientôt deux ans. Je souffre et j’ai mal tout le temps. Pour me soustraire à cette torture, je suis même partie dans le bois. »

– Lire la suite dans Quand le vase déborde : l’intolérance aux ondes

« Je suis devenu électrosensible à cause des 2 compteurs sur mon mur derrière moi. »

– Pierre Talbot – Magog

« Nous nous considérons à la merci de ces appareils qui émettent constamment, de façon beaucoup plus considérable que ce qu’a déclaré Hydro-Québec. De plus, l’effet est multiplié quand plusieurs compteurs (3 dans notre sous-sol) se retrouvent à proximité les uns des autres, sans égard aux directives d’installation prescrites. Pour couronner le tout, un “routeur”, le numéro 6, installé sur le poteau d’Hydro-Québec devant notre triplex, qui donne directement sur nos fenêtres, recueille les ondes de tous les compteurs environnants, pour les acheminer à une autre antenne. Les compteurs fonctionnent donc en réseau et cela augmente encore plus la fréquence et l’intensité des ondes électromagnétiques auxquelles nous sommes exposés.

Le routeur a été installé au début de l’automne, et depuis ce temps, les effets néfastes pour notre santé se multiplient. Arythmie, nausées, toux persistante, irritabilité, fatigue. Nous sommes profondément inquiets pour notre santé et celles de nos enfants et demandons l’arrêt immédiat de ces installations et le retrait des compteurs déjà installés car nous considérons que cela porte atteinte à notre intégrité physique et à notre droit le plus strict de vivre dans un environnement sain, hors d’atteinte de cette prolifération exponentielle d’ondes hors contrôle. »

– Claire Maltais et Alain Bédard, Villeray, Montréal

« Je me suis fait changer mon compteur en mon absence il y a plus d’un an et demi et je me bats avec Hydro pour qu’ils le remplacent, ce qu’ils ne font toujours pas malgré l’option de retrait. Depuis l’installation du compteur Itron, je souffre d’insomnie et de malaises. »

– Claire Tastavi – Val David

« En septembre 2011, des gens mandatés par Hydro Québec ont installé 9 compteurs dits «intelligents» alignés au-dessus de l’appartement que nous louons dans le quartier Villeray à Montréal. L’installation n’est pas conforme à l’exigence du fabriquant de respecter une distance de 20 cm entre les compteurs. Ma femme est une survivante du cancer du sein et sa santé est fragile. De plus, depuis l’installation des ces compteurs nous avons des problèmes au niveau des oreilles (douleurs et acouphènes). Nous considérons que ces compteurs regroupés sont potentiellement dommageables pour notre santé à cause de leur nombre et de l’intensité de leurs émissions électromagnétiques. Nous sommes profondément inquiets. »

– Résidents de Villeray, Montréal

« J’ai refusé le compteur avec plusieurs de mes voisins. Mais un de mes voisins en a de posé qui m’affecte extrêmement. J’ai mal partout, de la fatigue oppressive, de l’insomnie, de palpitations et plus. »

– Rhona Kornel – Rosemère

« J’habite un logement de l’arrondissement Villeray-St-Michel-Parc-Extension depuis plusieurs années et j’ai raison de croire, à la lumière des informations recueillies, que je suis probablement hypersensible aux ondes électromagnétiques dues au rayonnement des technologies sans fil qui encombrent notre environnement. Je souffre invariablement de troubles du sommeil, d’insomnie, de fatigue généralisée, d’acouphènes, de dépression, de douleurs aux articulations, de tremblements, d’étourdissements, de vertige, d’impatiences dans les jambes, etc. Il m’apparaît que tous ces symptômes nuisent à ma qualité de vie et à ma santé.

Contrairement à la plupart des gens, je n’ai pas de téléphone cellulaire pour les raisons invoquées et je m’interroge tout autant des causalités en rapport aux technologies sans fil. Je ne vois pas comment je pourrais vivre dans un endroit en ermite où le rayonnement des ondes ne sont aucunement accessibles. Puisque le réseau d’Hydro-Québec possède des ramifications dans les endroits les plus reculés, je ne peux aucunement sans électricité vivre à l’écart de toute civilisation et hors de portée de champs magnétique… je me retrouverais à l’époque de mes aïeux à la fin du XVIIIe siècle. »

– Un résident de Villeray, Montréal

« Depuis toujours, je vis sans four micro-ondes, sans téléphone cellulaire, sans téléphone sans fil, sans wifi. J’ai l’internet branché au mur, j’ai la télévision que je débranche lorsque je ne m’en sers pas. Ce fût toujours mon choix. Depuis que les compteurs intelligents ont été installés dans mon immeuble le 25 janvier dernier, je n’ai plus ce choix. Et ma santé s’est détériorée: troubles du sommeil, vertiges et tremblements au réveil, acouphènes et maux de tête puissants et constants. Je n’éprouvais aucun de ces symptômes auparavant. Mes symptômes disparaissent lorsque je ne suis plus chez moi et reviennent lorsque j’y retourne. Je choisis donc de dormir le moins possible chez moi préférant dormir soit chez des amis qui n’ont pas de tel compteur et qui acceptent de m’héberger ou encore, par terre, dans une pâtisserie dont les propriétaires me laisse leur local la nuit jusqu’à l’arrivée des livreurs tôt le matin. Je me vois forcé de déménager de mon chez moi depuis 25 ans mais où irai-je pour être à l’abri si Hydro-Québec change tous les compteurs? »

– Brigitte, Villeray, Montréal

« Je suis une personne sceptique au départ et lorsque j’ai entendu parler des nouveaux compteurs intelligents comme quoi cela pourrait être dangereux pour la santé je n’y ai pas cru. Voilà pourquoi j’ai laissé les techniciens installer les nouveaux compteurs à la fin du mois de novembre 2011. (…) Dans le mois de décembre et pendant le temps des fêtes ma conjointe, mon fils de 17 ans, mon père âgé de 65 ans et moi-même avons commencé à ressentir des malaises tous en même temps. Normalement nous sommes tous en excellente santé. (…) Nous avons tous ressenti des maux de tête, des maux de cœur, de la perte d’appétit et des étourdissements. (…) À un moment donné on s’est dit que tous nos malaises coïncidaient avec l’installation des nouveaux compteurs. J’ai cherché à m’informer dans l’internet et j’ai trouvé pas mal de cas semblables à ce que nous avons vécu.

 

« J’ai dû faire tuer mon berger Allemand la semaine dernière suite à l’installation d’un compteur chez mon amie qui le gardait, et l’on m’a confirmé l’euthanasie d’un autre chien avec les mêmes symptômes. Notre nouveau jeune terrier faisait du Parkinson avant que l’on se protège des ondes. Il n’en fait plus. »

– Hélène K. – Montréal

Personnes affectés par des compteurs dits « intelligents »de 2e génération (Landis-Gyr)

« Je suis une personne sceptique au départ et lorsque j’ai entendu parler des nouveauxcompteurs intelligents comme quoi cela pourrait être dangereux pour la santé je n’y ai pas cru. Voilà pourquoi j’ai laissé les techniciens installer les nouveaux compteurs à la fin du mois de novembre 2011. (…) Dans le mois de décembre et pendant le temps des fêtes ma conjointe, mon fils de 17 ans, mon père âgé de 65 ans et moi-même avons commencé à ressentir des malaises tous en même temps. Normalement nous sommes tous en excellente santé. (…) Nous avons tous ressenti des maux de tête, des maux de cœur, de la perte d’appétit et des étourdissements. (…) À un moment donné on s’est dit que tous nos malaises coïncidaient avec l’installation des nouveaux compteurs. J’ai cherché à m’informer dans l’internet et j’ai trouvé pas mal de cas semblables à ce que nous avons vécu.

J’ai appelé Hydro-Québec pour me plaindre. (…) J’ai dû attendre une semaine pour qu’on me retourne mon appel. J’ai parlé à M. André Cloutier qui m’a dit que les compteurs étaient sans danger et que je ne devrais pas m’inquiéter avec cela. J’ai insisté pour lui demander de venir enlever les compteurs et il n’a rien voulu savoir. Mon père a commencé à se sentir désorienté. J’ai eu de la perte de concentration et de mémoire et surtout j’ai personnellement ressenti pour la première fois de ma vie, à 36 ans, des palpitations cardiaques au point où j’ai passé proche d’appeler le 911 un soir parce que je pensais avoir une crise cardiaque. (…) J’ai mis 4 couches de papier aluminium sur les 6 compteurs et au bout de trois jours nous nous sommes tous sentis beaucoup mieux. Il y a eu un reportage à TVA sur notre cas.

Le problème c’est qu’Hydro-Québec est maintenant d’accord pour les enlever mais à condition qu’on accepte de payer 98$ au départ puis ensuite 17$ pas mois. Moi j’ai 6 compteurs dans ma cuisine. Est-ce qu’il va falloir que je paie pour les 6? (…) Si Hydro-Québec n’accepte que les demandes individuelles, est-ce que je vais avoir le droit de faire enlever seulement le mien et être obligé d’endurer les 5 autres? Dans ce cas la possibilité de me retirer, même à ce prix, ne me donne absolument rien! Si Hydro-Québec impose des conditions aussi sévères pour que je puisse retrouver ma qualité de vie, je n’aurai donc pas d’autre choix que déménager. »
Pierre Lepage, Villeray, Montréal (témoignage complet ici)

***

« Nous nous considérons à la merci de ces appareils qui émettent constamment, de façon beaucoup plus considérable que ce qu’a déclaré Hydro-Québec. De plus, l’effet est multiplié quand plusieurs compteurs (3 dans notre sous-sol) se retrouvent à proximité les uns des autres, sans égard aux directives d’installation prescrites.

Pour couronner le tout, un “routeur”, le numéro 6, installé sur le poteau d’Hydro-Québec devant notre triplex, qui donne directement sur nos fenêtres, recueille les ondes de tous les compteurs environnants, pour les acheminer à une autre antenne. Les compteurs fonctionnent donc en réseau et cela augmente encore plus la fréquence et l’intensité des ondes électromagnétiques auxquelles nous sommes exposés.

Le routeur a été installé au début de l’automne, et depuis ce temps, les effets néfastes pour notre santé se multiplient. Arythmie, nausées, toux persistante, irritabilité, fatigue. Nous sommes profondément inquiets pour notre santé et celles de nos enfants.  et demandons l’arrêt immédiat de ces installations et le retrait des compteurs déjà installés car nous considérons que cela porte atteinte à notre intégrité physique et à notre droit le plus strict de vivre dans un environnement sain, hors d’atteinte de cette prolifération exponentielle d’ondes hors contrôle. »
Claire Maltais et Alain Bédard, Villeray, Montréal

***

« En septembre 2011, des gens mandatés par Hydro Québec ont installé 9 compteurs dits «intelligents» alignés au-dessus de l’appartement que nous louons dans le quartier Villeray à Montréal. L’installation n’est pas conforme à l’exigence du fabriquant de respecter une distance de 20 cm entre les compteurs. Ma femme est une survivante du cancer du sein et sa santé est fragile. De plus, depuis l’installation des ces compteurs nous avons des problèmes au niveau des oreilles (douleurs et acouphènes). Nous considérons que ces compteurs regroupés sont potentiellement dommageables pour notre santé à cause de leur nombre et de l’intensité de leurs émissions électromagnétiques. Nous sommes profondément inquiets. »
Résidents de Villeray, Montréal

***

« J’habite un logement de l’arrondissement Villeray-St-Michel-Parc-Extension depuis plusieurs années et j’ai raison de croire, à la lumière des informations recueillies, que je suis probablement hypersensible aux ondes électromagnétiques dues au rayonnement des technologies sans fil qui encombrent notre environnement. Je souffre invariablement de troubles du sommeil, d’insomnie, de fatigue généralisée, d’acouphènes, de dépression, de douleurs aux articulations, de tremblements, d’étourdissements, de vertige, d’impatiences dans les jambes, etc. Il m’apparaît que tous ces symptômes nuisent à ma qualité de vie et à ma santé.

 Contrairement à la plupart des gens, je n’ai pas de téléphone cellulaire pour les raisons invoquées et je m’interroge tout autant des causalités en rapport aux technologies sans fil. Je ne vois pas comment je pourrais vivre dans un endroit en ermite où le rayonnement des ondes ne sont aucunement accessibles. Puisque le réseau d’Hydro-Québec possède des ramifications dans les endroits les plus reculés, je ne peux aucunement sans électricité vivre à l’écart de toute civilisation et hors de portée de champs magnétique… je me retrouverais à l’époque de mes aïeux à la fin du XVIIIe siècle. »
Un résident de Villeray, Montréal

***

 « Depuis toujours, je vis sans four micro-ondes, sans téléphone cellulaire, sans téléphone sans fil, sans wifi. J’ai l’internet branché au mur, j’ai la télévision que je débranche lorsque je ne m’en sers pas. Ce fût toujours mon choix. Depuis que les compteurs intelligents ont été installés dans mon immeuble le 25 janvier dernier, je n’ai plus ce choix. Et ma santé s’est détériorée: troubles du sommeil, vertiges et tremblements au réveil, acouphènes et maux de tête puissants et constants. Je n’éprouvais aucun de ces symptômes auparavant. Mes symptômes disparaissent lorsque je ne suis plus chez moi et reviennent lorsque j’y retourne. Je choisis donc de dormir le moins possible chez moi préférant dormir soit chez des amis qui n’ont pas de tel compteur et qui acceptent de m’héberger ou encore, par terre, dans une pâtisserie dont les propriétaires me laisse leur local la nuit jusqu’à l’arrivée des livreurs tôt le matin. Je me vois forcé de déménager de mon chez moi depuis 25 ans mais où irai-je pour être à l’abri si Hydro-Québec change tous les compteurs? »
Brigitte, Villeray, Montréal

***

« Du WIFI partout, impossible de prendre l’autobus ou le train, d’aller dans un café, une bibliothèque, de travailler dans un bureau.  Des antennes de télécommunication installés sans aucune consultation de la population, des téléphones cellulaires à l’oreille de tout le monde autour de moi et là, des compteurs intelligent qu’on voulait forcer dans mon milieu de vie.  Avec les palpitations cardiaques, la tête chaude, les problèmes de concentration et de focus visuel, les tensions musculaires, le sentiment de nervosité et d’angoisse et les problèmes de sommeil ma vie devenait de plus en plus infernale et épuisante. Tellement d’énergie mise seulement à essayer de trouver un équilibre dans mes journées!  En juillet 2012, la goutte ayant depuis longtemps fait déborder mon vase, je m’enfuis de Montréal pour aller vivre à la campagne où enfin je retrouve ma santé et ma jeunesse… mais pour combien de temps? »
Serge-André Jones (anciennement de Villeray, maintenant à St-Cyrille de l’Islet)
Voyez le clip de sa chanson La soupe électro.

***

« Dans le but d’améliorer ma qualité de vie, j’avais fait appel à un spécialiste en analysedes CEM et suivi ses recommandations; modifications sur la mise à la terre, retrait des ampoules fluorescentes, repositionnement des meubles afin de minimiser les expositions aux CEM. Il en est résulté un meilleur sommeil, une plus grande facilité de concentration et une diminution de démangeaisons cutanées. Depuis qu’Hydro-Québec a posé un compteur intelligent chez moi, j’éprouve de nouveau des crises de démangeaisons, de l’insomnie, des difficultés de concentration, des trous de mémoire et par moment je suis angoissée ou déprimée sans aucune raison.»
Sylvie, Boucherville

***

« Je souffre de maux de tête chroniques depuis au moins un mois et demi et cela coincide avec l’installation de 3 compteurs dans le sous-sol de ma résidence le 16 décembre 2011 dernier. Les maux de têtes sont modérés mais plutôt constants, du matin au soir. Il m’arrive parfois de me réveiller la nuit avec la sensation d’avoir une casquette de plomb qui m’enserre le crâne. Je me suis aperçue que le pic de douleur est généralement le lundi. Je présume ici que c’est parce que je suis exposée plus longtemps le week-end que la semaine puisque je travaille à l’extérieur.

 Depuis que ces compteurs ont été installés, j’ai fait un voyage de 5 jours à l’extérieur et ai constaté une légère amélioration de jour en jour mais le mal de tête n’a pas complètement disparu. J’ai consulté un généraliste qui n’a rien trouvé (m’a prescrit du Fiorinal) et un optométriste pensant que j’avais peut-être des troubles de vision qui pouvaient causer ces céphalées. Tout va bien au niveau de ma vision qui n’a pas changé depuis un an. Je constate aussi que j’ai des trous de mémoire et des troubles de concentration depuis quelques semaines et que je me sens légèrement irritable alors que tout dans ma vie va très bien. Je continue de chercher d’autres causes possibles pour m’assurer que je pointe vers la bonne direction mais j’avoue que cela commence à m’inquiéter… »
Résidente de Villeray, Montréal

***

« J’ai travaillé pendant 2 ans pour une compagnie qui fabrique des compteurs intelligents. Ces derniers étaient  branchés 24h/24h dans nos bureaux. J’ai dû quitter mon emploi en raison de maux de tête sévères accompagnés d’acouphène et de fatigue. En parlant avec d’autres employées, j’ai constaté que d’autres souffraient des mêmes maux. Nous avons seulement une vie à vivre, mes enfants aussi n’ont qu’une vie à vivre et je ne veux pas qu’ils vivent avec un mal de tête quotidiennement juste parce que notre société, notre génération était trop pressée pour comprendre ce qu’elle faisait avec les technologies qu’elle découvrait. »
David Chaput, Granby 

***

Personnes affectés par des compteurs de 1ère génération (Itron Centron)

« En 2005 alors que j’étais âgé de 15 ans, Hydro-Québec a changé le compteur pour un compteur numérique à la maison lors de travaux de rénovation, et ce, à notre insu. Ce même compteur se retrouvait sur le mur de ma chambre. Quelques mois plus tard, un matin, mes parents me retrouvent face contre terre dans ma chambre. À l’hôpital, on me diagnostique alors de l’épilepsie.

À partir de ce moment, mon sommeil s’est également mis à changer. En plus de la médication qui était sans succès et néfaste, d’importantes migraines prennent place. Durant 6 ans de ma vie, j’ai souffert de convulsions multiples sur un seuil d’épilepsie excessivement fragile et incontrôlable, de migraines et de dépressions. Sans parler des changements de médication qui impliquent des sevrages, d’importants effets secondaires et plusieurs hospitalisations. Avec toutes ces médications qui ne marchent pas et cette maladie qui fait des siennes, ma scolarité a chuté ainsi que ma vie sociale et les sports m’ont été interdit pour risques de blessures graves et ce durant plusieurs années. Les médecins parlaient même à ce moment d’une opération car ils n’arrivaient pas à contrôler cette maladie. Étrangement tout ça depuis l’installation du compteur numérique à la maison.

Depuis un an, je suis déménagé. Le compteur présent à ma nouvelle demeure est électromécanique. Depuis ce déménagement, ma santé a pris du mieux. Je n’ai plus de migraines, plus aucuns symptômes dépressifs et surtout, plus d’épilepsie. Les médecins ont pu retirer la médication et mon électroencéphalogramme ne démontre plus aucun foyer épileptique. Je suis guérie depuis que je me suis éloignée du phénomène électromagnétique. »
Cynthia M.-Desgagné, Lac St-Jean

***

« J’ai assisté dernièrement à la conférence de mon professeur de danse Aïcha qui nous a expliqué les causes de ses problèmes de santé. Qu’elle ne fut pas ma surprise de constater que j’ai une grande partie des symptômes qu’elle a énumérés. C’est alors que j’ai commencé à me poser des questions (…) Avec stupeur, j’ai réalisé que nous avions un compteur de première génération Itron. Mes recherches ont remonté aux rénovations de notre demeure, (…) C’est alors qu’Hydro-Québec en a profité pour nous installer ce type de compteur sans demander notre avis.

Mes problèmes de santé ont commencé par un état de fatigue qui a dégénéré en fatigue chronique, suivi de maux de tête, migraines atroces, vertiges, nausées matinales jusqu’au dîner, irritabilité, anxiété, stress, dérèglements menstruels et hormonaux causant des migraines qui ont progressé en durée et en intensité de même qu’en fréquence. Et je me suis mise à avoir des problèmes de psoriasis du cuir chevelu, eczéma sur les mains, allergies à divers produits chimiques tel que parfums, produits ménagers, peintures, etc. À cela, s’est rajouté des chutes de pression artérielle, des palpitations cardiaques, de l’insomnie, des pertes de mémoire, pertes de concentration, baisse de libido et des symptômes de dépression majeure.

Pourtant je suis une personne qui prend soin de sa santé, je fais environ 10 heures d’exercices par semaine (…), ma santé continue toujours de décliner. (…) Au printemps 2011, je suis partie 2 semaines en voyage dans un environnement sain et à mon retour, je me suis retrouvée avec divers malaises qui m’ont conduit à un arrêt de travail pour plus d’un mois (…) Pendant mon congé de maladie j’ai rencontré un neurologue qui m’a fait passé un taco pour les migraines que j’éprouvais et j’ai été stupéfaite de l’entendre m’annoncer que j’avais un petit kyste au cerveau derrière l’œil droit ainsi qu’une atrophie cervicale. Il m’a fait remarqué que j’étais trop jeune pour avoir ce genre de diagnostic (…). »
Louise Martin, Québec (témoignage complet ici)

***

« Comme je suis d’entre celles qui utilisent le téléphone sans fil et le four à micro-ondes depuis plus de 23 ans, un portable depuis très longtemps et un téléphone cellulaire depuis maintenant 14 ans, la dangerosité reliée au sans fil m’était complètement imperceptible et inconnue.

Suite à l’installation d’un compteur d’Hydro-québec émettant des RF dans ma demeure 24 heures sur 24, les premiers symptômes m’ont surpris mais il m’a fallut beaucoup de temps et de problèmes de santé avant de réagir adéquatement. Je me croyais invincible et avec une capacité incroyable d’adaptation comme la majorité des gens, alors pourquoi me protéger de cette technologie? Je trouvais des raisons à chacun de mes symptômes. Les étourdissements devaient être causés par la fatigue; les oreilles devaient être bouchées à cause de la cire; plus je dormais, plus je croyais être reposée mais je devais m’étendre de plus en plus; etc. Après 10 mois, j’ai connu un moment de panique à cause de problèmes de mémoire à court terme et du fait que je m’endormais dans le bain alors que je le prenais en me levant le matin. Mais je continuais à travailler dans la salle de travail, là où est installé le compteur. Et ce, même après une visite en cardiologie à cause de symptômes préoccupants. (…)

Sceptique? Je dirais plutôt ‘inconsciente’ des répercussions à long terme. Aujourd’hui, j’aurais aimé être de ceux qui se protègent par précaution ou par conviction. (…) J’ai donc du éliminer toute les sources de sans fil dans la maison et évacuer la pièce de travail afin de récupérer. (…) Pour avoir été sceptique, je dois vivre comme une personne ‘électro-sensible’, i.e. éviter au maximum la WIFI, les antennes et tout le sans fil. (…) Je pense qu’il est responsable de s’impliquer lorsqu’on prend conscience d’un problème aussi grave. Surtout parce qu’en éliminant le sans fil, j’ai compris les raisons des crises d’épilepsie de ma fille et que j’ai pu régler son problème lorsqu’elle est à la maison. (…) Je sais que nous sommes tous sensibles aux ondes. Et je sais que tout s’aggrave plus on est exposé. (…) J’ai eu quelques rechutes intenses parce que mes locataires ne font pas attention au papier d’aluminium devant leur compteur. (…)

Et j’observe les gens, ils sont tout aussi léthargiques que moi en présence de sans fil, mais ils sont inconscients et ne veulent pas changer leur mode de vie. J’ai parlé aux enfants de la ruelle qui ont de la WIFI à l’école et ils ont des acouphènes et nous ne sommes qu’en octobre. J’ai des amis qui se plaignent de maux de tête à cause de leur cellulaire – Mais ils ne s’en débarrasseront jamais – D’autres qui ont des routeurs dans la chambre de leurs enfants – même sous leur lit – et qui, malgré mes efforts de conscientisation ne changeront rien du tout à leurs habitudes. Je ne me décourage pas, ce n’est pas mon réflexe, mais je réfléchis. (…) »
Hélène Keyser, Villeray, Montréal
(témoignage complet inclus dans le guide qu’Hélène a écrit pour aider son entourage)

***

« En septembre 2011, ignorant tout des compteurs électroniques et n’ayant jamais entendu parler d’électrosensibilité, j’ai laissé un employé d’Hydro remplacer le compteur de mes voisins par un Itron Centron. J’habite au 1ier étage d’un triplex et les 3 compteurs sont dans mon entrée arrière, à 2 mètres de notre table de cuisine.

Trois mois plus tard, je tombe sur la liste des symptômes éprouvés par ceux dont l’ajout d’un compteur émetteur à leur environnement, pousse la résistance aux RF au-delà du seuil de rupture. Quelle ne fût ma surprise de trouver sur cette liste ce que j’éprouvais moi-même depuis deux mois: entre autres, de fortes et soudaines fatigues, palpitations cardiaques, troubles de concentration.

Je contrôle depuis mon environnement immédiat en gardant mon exposition au minium, mais je remarque le retour de symptômes chaque fois que je suis exposée à de l’électrosmog pendant quelques jours. J’ai extrêmement peur que ma sensibilité, encore très légère, ne dégénère en véritable électrosensibilité. Devoir quitter la ville serait aussi douloureux que les souffrances physiques causées par ce nouveau « mal moderne ». »
Julie, Petite-Patrie, Montréal

***

« (…) Je dois d’abord vous dire que je suis végétarienne depuis 17 ans, que je ne fume pas, que je fais de l’exercice (22 heures par semaine) depuis l’âge de 14 ans (je suis professeur de danse). Et que, jusqu’à l’été 2010, je bénéficiais d’une santé florissante. En 2010, notre compteur Hydro Québec a été changé, à notre insu, pour un compteur digital. (…) Vers la fin de l’été 2010, une infirmière est venue chez nous pour faire une prise de sang et prendre notre pression car nous avions fait une demande de hausse d’assurance. C’est à ce moment-là que j’ai appris que je faisais de l’hypertension. (…) Ma pression avait toujours été normale.

(…) J’ai été hospitalisée d’urgence le 19 février 2012, pour anomalies cardiaques, tachycardie et palpitations, hypertension (…) LES RÉSUTATS D’UNE ÉCHOGRAPHIE CARDIAQUE ANNONCENT UNE DISTROPHIE DU CŒUR alors qu’il n’y a aucun antécédent dans ma famille.(…) Je n’ai jamais eu aucun problème avec mon cœur avant l’été 2010.

(…) En continuant la lecture de l’article {« Votre compteur « intelligent » d’Hydro-Québec vous rend-il malade? »}, j’ai réalisé que les symptômes que j’imputais à ma ménopause, à savoir: difficultés de concentration, fatigue chronique, (…) irritabilité, stress et dépression, irruptions cutanées diverses (…) perturbations auditives (…), résignation, stress intense et dépression étaient en réalité, également imputables au compteur d’Hydro-Québec. J’ai toujours été une personne pleine d’énergie, souriante et joviale. (…) Je ne suis plus la même. Je suis une épave privée d’énergie.

De plus, depuis mon hospitalisation, mon médecin a tenté de me donner des médicaments contre l’hypertension. J’ai eu des effets secondaires extraordinairement forts et déroutants. (…) Mon médecin en a été renversé et n’y comprenait rien, arguant que le dosage du médicament était très faible. C’est en lisant cet article que j’ai enfin découvert pourquoi plus rien ne me faisait. Il y était écrit : « De nombreuses personnes électrosensibles ayant développé une sensibilité allergique aux champs magnétiques de toute nature subissent également des ALLERGIES MULTIPLES AUX PRODUITS CHIMIQUES. C’EST LÀ UN EFFET SECONDAIRE SOUVENT OBSERVÉ DE L’ÉLECTROSENSIBILITÉ. » J’avais sous les yeux les raisons de mon étrange réaction aux médicaments.

(…) j’ai enveloppé mon compteur avec du papier aluminium. En deux jours, mes mains ont presque retrouvé une apparence normale. Mes maux de tête ont disparu et, tenez-vous bien, ma pression redescend. Je suis maintenant convaincue que tous mes problèmes de santé résultent de l’installation de ce compteur.

Maintenant, je tiens un journal de l’apparition ou de la disparition d’un symptôme. Je suis en observation… et je me tiens prête à affronter la sacro-sainte Hydro-Québec!  C’est en nous unissant que nous pourrons vaincre le géant. »
Dominique Brillon, Québec (témoignage complet ici)
Voyez sa Lettre ouverte à tous les médecins, infirmiers et infirmières du Québec

***

« Je demeure depuis bientôt 3 ans à mon domicile actuel. Vers la fin de l’été dernier, j’ai remarqué que le dernier des cèdres de la rangée que j’avais planté, soit celui situé tout près des compteurs de mon condo, avait commencé à mourrir lentement. Je n’y avais pas porté vraiment attention jusqu’à ce que je sois incapable de dormir une nuit entière. Mon insomnie s’est ensuite aggravée de plus en plus, je me suis mise à avoir des cillements dans mes oreilles et à éprouver des maux de tête une journée sur 2, etc. Je ne me sentais tout simplement pas bien. Je suis allée voir un ORL et après de nombreux examens, il a été établi que je souffrais d’acouphènes. J’ai alors commencé à m’intéresser aux compteurs-émetteurs de radiofréquences et à leur apparence. À ma grande surprise, j’ai découvert qu’il y en avait, non pas 1 mais 3 de ces compteurs (Itron) sur le mur de mon condo! Je n’ai JAMAIS été informée de ce fait!! J’ai passé plusieurs soirées d’été assise à moins de 5 pieds d’eux ne sachant pas les dommages que cela produisait à l’intérieur de moi!! Si ces compteurs étaient sécuritaires, mon cèdre ne serait pas en train de mourrir, je n’éprouverais pas d’intenses maux de tête, de l’insomnie et des acouphènes. Ces compteurs ont un effet cumulatif, cela a pris un peu plus de 2 ans pour que les symptômes débutent. Il n’y a aucun remède pour des acouphènes, je devrai maintenant vivre avec ces derniers pour le restant de ma vie. Merci Hydro-Québec. »
Une résidente de Laval

***

« J’ai dû vendre ma maison car on y avait installé sans m’en aviser un compteur Itron et je suis devenue très malade par la suite : maux de tête et polymyalgies que seuls les corticoïdes arrivent à soulager. À ma résidence actuelle, sous le compteur d’Hydro, j’ai installé une affiche interdisant l’installation d’un compteur sans fil sans ma permission et je distribue ces affiches à ceux de mon entourage qui sont intéressés. J’aborde le sujet avec toutes les personnes que je rencontre afin qu’elles soient à tout le moins au courant. »
Résidente de Lac à la Tortue

***

Personnes déjà électrosensibles pour qui l’arrivée des compteurs émetteurs
de radiofréquences (de 1ière et de 2ième génération) est un cauchemar

« C’est à l’automne 2005 que mes symptômes d’électro-sensibilité se sont manifestés pour la première fois. J’avais remarqué que lorsque j’utilisais le four à micro-ondes ou un cellulaire, j’éprouvais des maux de tête, une pression douloureuse dans mes yeux, une faiblesse au niveau de mes jambes et une baisse importante de mon énergie.

À l’hiver 2006, mes symptômes s’aggravèrent à un point tel que je dus m’isoler, le plus possible, de toute charge électromagnétique. Ma mère et moi durent aménager seules dans un logement où nous fermions les circuits électriques la majorité du temps.  Une glacière sur le balcon remplaçait le frigidaire, la cuisinière était utilisée qu’au strict minimum. Quant à l’éclairage et au chauffage, nous en étions réduites aux chandelles et sacs de couchage pour la plupart du temps. (…) Ces mesures étaient devenues incontournables puisque la moindre émission électromagnétique suffisait à déclencher mes symptômes. (…)

Je souffrais de douloureux chocs électriques dans ma tête et de convulsions, mes yeux s’engorgeaient de sang dû à l’éclatement de leurs vaisseaux sanguins, et j’étais constamment terrassée de paralysie soudaine de mes jambes, qui pouvait durer quelques heures, à la suite desquelles, j’en étais réduite à ramper pour me rendre à la salle de bain.(…) Il s’agissait d’une véritable descente en enfer; moi qui, auparavant, étais physiothérapeute et professeure de tennis.

Grâce à de multiples démarches de tout genre, entreprises au Québec et ailleurs, à mon réel acharnement et à l’appui de mon entourage, plus particulièrement ma mère, je commençai à prendre du mieux. (…) Mon rétablissement s’échelonna sur quelques années entrecoupé de rechutes difficiles.

Aujourd’hui, le fait de pouvoir revenir, après une journée de travail, dans un environnement sain, c’est-à-dire où la charge électromagnétique est basse, permet à mon corps de récupérer et de demeurer productive. Je suis fière d’exercer mon métier de physiothérapeute à nouveau et de contribuer à l’économie. Ce qui m’est arrivé peut arriver à tous et chacun. Je suis malheureusement l’une des rares personnes à m’être rétablie aussi bien. Je vous demande de nous protéger tous. »
Véronique Riopel, Laval(témoignage complet et autres ici)
Voyez Véronique à l’émission de Denis Lévesque 

***

« Suite à la décision de la Régie de permettre a Hydro de poursuivre son projet d’implantation des compteurs intelligents, je suis comme plusieurs, très fâchée, troublée et très inquiète pour nous tous et nos enfants… Je suis électrosensible sévère reconnue et diagnostiquée depuis 2006. Très isolée je suis installée dans une région éloignée depuis plusieurs années pour me réfugier, améliorer ma santé…

Cela a fonctionné. Je vais beaucoup mieux mais j’ai tout perdu, ma famille, ma maison, mon travail et je me meurs a présent d’ennui, d’isolement. Mon fils m’a dit que je serai grand-mère au printemps. Quelle joie!!! Mais serai-je plus proche, disponible???, En santé???… Voilà, ce a quoi entre autres plusieurs sont obligés de faire ou songent a  faire, abandonner leur vie et ceux qu’ils aiment, chercher un refuge pour rester vivants.

La pollution électromagnétique est déjà très envahissante et nuisible, même inquiétante (wi-fi, cellulaire, Iphone, Ipad… ), avec les compteurs émetteurs de radiofréquences ce sera, je crois, désastreux et fatal pour de plus en plus de gens et à un rythme très rapide.»
Gaétane Boucher
Entrevue à la Radio de Québec FM93

 ***

« Je suis technicien en télécommunication d’affaire et informatique résidentielle depuis une dizaine d’années. (…) Depuis le début de 2006, j’ai commencé à souffrir de maux d’oreilles, de maux de tête, d’acouphènes, de vertiges, d’insomnie, de perte de concentration, de fatigue, de diminution de la vision, de saignements de nez, d’éclatement de vaisseaux sanguin dans les yeux, etc. (…) Plus tard, je me suis rendu compte que ces symptômes se produisaient seulement (et je dis bien seulement) lorsque je suis à proximité d’équipements de communication sans-fil.

Pour en être bien certain, mon épouse (infirmière clinicienne) et moi, ainsi que des amis, avons fait des tests (expositions à mon insu à des micro-ondes et identification de sensations variées selon le type d’équipement auquel j’étais exposé) pour en avoir le cœur net avant d’en parler à des membres du corps médical. Ceux-ci sont pour la plupart totalement ignorant de l’existence du syndrome d’intolérance aux champs magnétiques et ne peuvent donc m’aider, et rien au Canada n’existe pour traiter ce genre de problème avec le sérieux et l’attention qu’il exige. Cela va jusqu’à la négation complète du problème de la part de Santé Canada et des sociétés de télécommunications. (…)

En mai 2009 pour ces raisons, j’ai dû quitter mon emploi en télécommunication d’affaire. (…) Je ne peux supporter d’être près d’un IPhone, d’un Black Berry ou d’un téléphone intelligent utilisant la technologie 3G plus de quelques secondes avant de commencer à ressentir des engourdissements au visage et quelques minutes avant d’éprouver des douleurs crâniennes, des sensations de brûlure et des pincements dans les oreilles, ainsi que de puissants acouphènes. À l’inverse, quand je suis loin de tout équipement sans-fil, la santé revient vite, les acouphènes diminuent considérablement, je n’ai pas de maux de tête et pas de vertige, j’ai un bon sommeil, une amélioration de la mémoire, etc.

(…) Des milliers de gens se plaignent des douleurs causées par des équipements sans-fil, et cela dans tous les pays utilisant ces technologies. Les gens se plaignent des mêmes maux alors qu’ils ne se connaissent même pas et n’ont jamais été en contact ensemble auparavant. J’ai également rencontré plusieurs personnes souffrant de ces mêmes maux ici au Canada, plus précisément au Québec dans les régions montréalaise et laurentienne. (…)

Les compteurs d’électricité dits ‘intelligents’ qu’Hydro-Québec veut installer partout en remplacement des compteurs électromécaniques fiables et sans danger. Même chose pour les compteurs Itron pour la relève à distance qui émettent aussi constamment des micro-ondes néfastes. Les compteurs d’eau et de gaz naturel sont aussi en voie d’être équipés d’émetteur micro-ondes. Avoir un compteur électropolluant sur ma maison équivaudrait à un arrêt de mort pour moi et pour toutes les gens souffrant d’électrohypersensibilité (EHS). (…)

Depuis que j’ai compris la cause de mes problèmes de santé, j’ai essayé de me trouver un emploi où je serais à l’abri de ces technologies, mais en vain, et j’ai donc décidé de faire ce que je connais le mieux, soit la télécommunication et l’informatique résidentielle. En septembre 2010, j’ai donc fondé Vert-techno.com. Je choisis ainsi mes clients et les clients qui me choisissent sont désireux d’assainir leur environnement électromagnétique. Je fais le même travail, mais de manière à réduire l’exposition des gens aux champs électromagnétiques, ou micro-ondes, en éliminant les gadgets sans-fil et en installant différents câblages le moins visibles possible. »
José Levesque, St-Colomban (témoignage complet ici)
Voyez José à l’Émission JE « Les compteurs intelligents d’Hydro-Québec »

***

« Mon nom est Kathya Heppell. Je suis électrohypersensible (EHS) et ma vie a été bouleversée de bout en bout par cette maladie contemporaine encore bien mal connue et encore moins comprise. Au début et pendant plusieurs années, je souffrais en silence, car si j’avais le malheur de décrire à un médecin les troubles que je ressentais, je me faisais invariablement prescrire des pilules contre l’anxiété et des somnifères—dans la mesure où j’étais en parfaite santé physique, il fallait que mon problème soit mental.

Quand j’ai commencé à avoir des palpitations cardiaques, en 2006, et qu’aucun médecin n’arrivait à en trouver la raison ou à poser un diagnostic conventionnel, en plus des acouphènes, des insomnies, des troubles de la digestion et des nausées quotidiennes que je subissais, des idées suicidaires ont commencé à me hanter.

C’est en lisant un article d’André Fauteux sur l’électrosensiblité, dans la revue La Maison du 21e siècle, que j’ai commencé à comprendre ce qui m’arrivait et à faire des recherches plus approfondies sur cette maladie nouvelle et mystérieuse. (…) Par la suite, et c’est là que j’ai dû concevoir et accepter la désolante réalité physique de mes symptômes et écarter l’hypothèse d’une origine psychosomatique, comme beaucoup de gens persistent à le croire, parce que sans que je le sache mais systématiquement, quand j’étais exposée à mon insu et que je recommençais à avoir des palpitations cardiaques et à ressentir les affres de constantes nausées, je finissais toujours par découvrir que je côtoyais une technologie sans fil.

Depuis cette triste découverte, j’ai quitté la ville de Montréal, où je travaillais et vivais une existence bien remplie, tant par mes activités professionnelles (…) qu’extra-professionnelles (…) J’ai fait le deuil de ma vie trépidante et de mon vaste réseau d’amis et de connaissances pour venir me réfugier à Sutton. (…) Tout reste à faire, car la pollution électromagnétique et l’électrosensiblité ne sont toujours pas reconnues par Santé Canada, dont le code de sécurité 6 est complètement désuet, et encore moins par Industrie Canada, qui supervise le déploiement des antennes-relais et des technologies sans fil, et Hydro-Québec, qui s’apprête à installer une multitude de compteurs « intelligents » sur le territoire québécois.

Combien de vies seront détruites encore avant que nos politiciens, nos chercheurs, nos médecins et nos pairs, les utilisateurs de ces technologies, commencent à s’inquiéter de cette nouvelle pollution qu’est l’électrosmog et de ses dangers? Des centaines, des milliers, des millions… et la mienne? »
Kathya Heppell, Sutton (témoignage complet ici)
Voyez l’entrevue de Kathya à l’émission de Mongrain

***

« Je souffre d’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques depuis plusieurs années. Pour ceux qui ne le savent pas, c’est un problème relié à la pollution d’ondes à basses et hautes fréquences dangereuses qui perturbent tout organisme vivant. J’ai différentes douleurs et symptômes lorsque je suis en présence de ces ondes nocives électriques à basses fréquences (ordinateur, imprimante, télévision, Hi-Fi, électroménager, sèche-cheveux, lampe, radio-réveil, ligne à haute-tension, câblage électrique, rallonge électrique, fluorescent…) et aussi aux ondes nocives à hautes fréquences (cellulaire, téléphone sans fil, four micro-ondes, ordinateur sans fil, courant porteurs en ligne (CPL), WI-FI, WI-MAX, BLUETOOTH, console de jeux électroniques sans fil (Nintendo, PlayStation, Xbox…), walkie-talkie, écoute-bébé, antenne-relais des cellulaires et du WI-FI/Internet sans fil, radiodiffusion par satellite (TV), antenne parabolique, radio AM/FM, GPS, radar, caméra de surveillance, ampoule fluo-compacte…) Et maintenant les compteurs D’Hydro-Québec de lecture à distance !

Voici la liste de mes symptômes et douleurs en présence de ces ondes nocives: acouphène, maux de tête, serrement de chaque côté de la tête, sensation de fourmis qui marchent sur la tête, sensation de brûlures sur le bout des oreilles et au visage, saign font-size: 1.2em;ement de nez, crispation de la mâchoire, serrement de la cage thoracique, difficultés respiratoires, palpitations cardiaques, fatigue extrême, bras et jambes lourdes, douleurs dans le cou et dans le dos, tremblements internes, nervosité extrême, anxiété, dépression, difficulté de concentration et incapacité de bien réfléchir. »
Chantal Blais, Magog
Voyez Chantal au Téléjournal d’Estrie

***

On entend parfois parler de champs électromagnétiques. Difficile de se faire une idée de ce que c’est; ça ne se voit pas, ça n’a pas d’odeur, ça ne s’entend pas et ça n’a pas de goût. Alors aucun de nos sens ne peut nous aider tant que nous sommes inconscients de ce qui se passe.

Voici une histoire vraie, c’est mon histoire. En avril 2006, j’emménage avec mon amoureux après 2 ans de fréquentations. Tout va pour le mieux. Ma fille est heureuse de ce dénouement, j’adore le travail que je fais, (je suis électricienne) je travaille avec des hommes très gentils. Toutes les sphères de ma vie vont bien. Je suis comblée par la vie.

L’automne arrive. Je commence à être fatiguée. Je ne me sens pas bien. L’hiver arrive. Rien ne s’améliore. C’est de pire en pire. Je dors mal, j’ai envie de pleurer et je ne sais pas pourquoi. Je suis de plus en plus fatiguée parce que je n’arrive pas à dormir d’un sommeil réparateur. Pourtant rien n’a changé dans ma vie. J’ai tout pour être heureuse. Je ne vis aucun problème. Rien de stressant dans ma vie. Je ne comprends pas. Je me sens dépressive,  j’ai envie que ma vie s’arrête là, maintenant. Je sais que je ne suis pas en dépression ou en burn-out. J’ai de la difficulté à me concentrer. Ça ne va vraiment pas bien dans mon corps, dans mon esprit.

Un jour mon patron me parle d’un cours sur les champs électromagnétiques. Un cours intensif durant une fin de semaine complète. Je lui dis oui, je suis partante. Je suis le cours, j’achète des appareils et je m’amuse à prendre des mesures chez moi.  Je découvre que je dors dans un champ électromagnétique de 10 milligauss. Je découvre que ce sont les câbles chauffants au toit qui dégagent ce champ électromagnétique.

On ne peut pas enlever les câbles chauffants au toit alors le soir en allant me coucher je les ferme et le matin je les rallume. Depuis je me sens bien de nouveau. La différence marquante dans ma vie c’est qu’aujourd’hui je n’ai pas besoin d’appareils pour détecter les tours de téléphones cellulaires. Je le sais quand je passe près. J’ai de la difficulté à respirer, je sens du stress à l’intérieur de moi et c’est presque instantané. Dès que j’ai passé la zone, je me sens mieux.  Lorsque je vais chez des gens qui ont du Wi-Fi à la maison, je ne peux pas rester trop longtemps parce que je me retrouve avec un mal de tête atroce.  Pourtant, avant je n’avais jamais mal à la tête.

 Alors soyez à l’écoute et vous découvrirez que votre corps va vous le faire savoir quand vous êtes dans une zone nocive. J’espère que mon témoignage va aider certaines personnes à comprendre pourquoi elles se sentent mal, ce mal de vivre.
Pascale, Prévost

 ***

 Je suis devenu subitement électro-sensible il y a 4 ans de cela. Étant maintenant dans la jeune trentaine, ma condition s’est améliorée, mais fut excessivement pénible durant de nombreuses années. Je n’oublierai jamais la souffrance dans laquelle j’ai été plongé durant longtemps.

 En effet, au pire de ma condition, j’ai passé plusieurs mois à vivre une énorme détresse puisque je réagissais à toute source de pollution électromagnétique comme les lignes électriques, les téléviseurs, ordinateurs, système WI-FI, cellulaires, les néons au plafond dans les marchés d’alimentation, les caisses enregistreuses, les tableaux de bord des automobiles, le filage dans les murs, etc. Mes symptômes étaient neurologiques, et si intenses qu’il m’était pratiquement impossible d’approcher un ordinateur ou une télévision. Je ne pouvais pratiquement plus entrer dans les restaurants ou les bars puisque la technologie des téléviseurs à écrans plats y était omniprésente.

 Encore aujourd’hui, bien que je ne sois plus à ce niveau de sensibilité, il m’est quand même nécessaire lors d’appels téléphoniques de porter un appareil spécialement conçu afin de minimiser les ondes émanant du téléphone. 

Ayant pu constater que la pollution électromagnétique des systèmes WI-FI étant l’une des pires qui soient, je ne peux concevoir que des enfants et des personnes de tout autre âge y soient exposées en permanence.
Christian, Rive-Sud de Montréal

***

Cas aux États-Unis

« J’ai été hospitalié pour la nuit à l’urgence 3 fois cette semaine avec des malaises inexpliqués. J’ai passé plusieurs tests dont un scan du cerveau, électrocardiogramme, prise de sang et autre et aucune réponse définitive m’est encore donnée. Un compteur intelligent a récemment été installé chez moi et mes symptômes ont débuté environ 1 semaine après cette installation: stress extrême, ischimies cérébrales transitoires diagnostiquées, étourdissements, maux de tête, nausées et pertes de connaissance. J’ai mentionné ceci au médecin et il a suggérer que le compteur intelligent pouvait en être la cause car récemment à l’urgence de l’hôpital le nombre de personnes éprouvant des symptômes similaires a augmenté de façon importante depuis que les compteurs intelligents ont été posé dans la région. »
J. W., Anon (Californie)

***

« Depuis la pose des compteurs intelligents, des nodules sont soudainement apparus sur ma glande thyroïde et je souffre maintenant d’épisodes de vertiges, de petites crises d’épilepsie et de difficulté de déglutition.  Je n’ai jamais expérimenté quelque chose du genre avant et j’en suis bouleversé.  J’ai toujours été en bonne santé.  Aidez-moi à sauver ma vie. »
L.M., Pacifica (Californie)

***

« J’ai commencé à éprouver des effets sévères sur ma santé moins de 5 heures suivant l’installation de 4 compteurs intelligents sur mon petit bloc appartements le 28 juillet 2011.  Mes symptômes de maux de tête, nausées, insomnie, sentiments d’agitation et d’irritabilité ainsi que des difficultés de concentration m’ont forcé à quitter mon domicile.  Mes symptômes disparaissent après environ 30 minutes dans un quartier sans compteurs intelligents.  Je vis dans mon auto depuis le 2 août 2011; passant mes soirées chez des gens qui sont en mesure de m’accueillir pour la nuit.  Ma vie a été subitement bouleversée.  Je ne connaissais rien des compteurs intelligents avant le début de mes symptômes, mais je peux vous affirmer maintenant sans l’ombre d’un doute que les effets nocifs sont réels.  Cinq résidents dans mon bloc d’appartements (sur un total de 6 résidents qui y vivent en permanence) m’ont rapporté éprouver des symptômes similaires. »
Sylvia Garner, Burbank (Californie)

***

« Le réseau maillé a complètement détruit mon plan [de vie] d’acheter une maison avec panneaux solaires et voiture électrique. Maintenant, j’ai toute la misère du monde à survivre et payer mes comptes. Je ne suis pas heureuse ici [National Radio Quiet Zone]. Je veux être en Californie, mais je ne peux pas à cause du réseau maillé. »
Deborah Cooney (Virginie)
Elle poursuit en justice la compagnie SDG&E. Voir l’article complet ici.

 

 Vous trouverez ici d’autres témoignages des États-Unis

***

Cas en Australie

Voyez ce témoignage vidéo ainsi que les nombreux cas recueillis.

***

NB. Les personnes qui choisissent de couvrir leurs compteurs d’aluminium le font de leur propre chef.
Nous ne recommandons nullement cette pratique qui peut potentiellement empirer la situation.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :