Économie

Les compteurs intelligents ne sont pas rentables…

 * * *

En dépit des critiques sérieuses formulées par des économistes chevronnés qui ont témoigné lors des audiences, la Régie de l’énergie a toujours rendu des décisions favorables au déploiement massif des compteurs « intelligents ». Certains mémoires déposés par ces intervenants constituaient pourtant des analyses économiques et techniques accablantes dont la Régie aurait dû tenir compte dans ses décisions.  De toute évidence, la Régie de l’énergie s’avère totalement incapable d’exercer un contrôle indépendant en regard des activités débridées d’Hydro-Québec. Selon ces experts, tous les coûts excédentaires qu’ils auront été en mesure de prévoir devront être assumés par l’ensemble des québécois, alors que la haute direction de la société d’État et le gouvernement ne seront aucunement inquiétés par les conséquences désastreuses de leurs décisions.

Argumentation de l’Acef de Québec ( porte notamment sur la cueillette et la gestion d’informations privées concernant les habitudes de consommation du client )
* * *

Ontario: le rapport de la vérificatrice générale vise les compteurs intelligents

9 déc. 2014 par Allison Jones, La Presse Canadienne

TORONTO – Les Ontariens paient des milliards de dollars de trop pour l’électricité, en raison d’une analyse erronée des compteurs intelligents et de tarifs trop élevés que la province paie à la plupart des fournisseurs d’électricité, indique le rapport de la vérificatrice générale de l’Ontario, publié mardi.

* * *

L’Allemagne rejette les compteurs «intelligents» pour des raisons économiques.

Le Ministère de L’Economie Allemand rejette les compteurs intelligent, Julien KELLE, 18 août, 2013

______________

Qui profite?

Par ailleurs, le fait que la firme de consultants Accenture ait été au coeur de la planification de ce projet controversé de déploiement d’un système de lecture à distance est aussi préoccupant car cette firme de consultants est issue de la faillite de la firme Arthur Andersen due au scandale de Enron. Tant Arthur Andersen que Accenture font l’objet de nombreux litiges un peu partout dans le monde, notamment en matière de corruption et de collusion.

Lire l’article « Comment le loup conçoit-il le futur de la bergerie? de Mario Dufour

En 2011, Toshiba a acheté la compagnie «suisse» Landis & Gyr qui fabrique les compteurs «intelligents» déployés au Québec
et en 2013, acheté la compagnie Consert, en charge du réseau maison sans fil.
 Voyez sur cette page,
la division Toshiba International Corporation (TIC) que possède Toshiba Corporation, dont le siège social est situé au Texas.
C’est cette division qui profite des ventes de compteurs à Hydro-Québec. Toshiba possède donc :

Landis & Gyr (Le compteur)
Consert (La carte Zigbee du compteur – réseau maison sans fil)
Hunt Technologies, branche de Landis & Gyr  (L’émetteur/récepteur du compteur)
Cellnet Technologies, branche de Landis & Gyr  (La technologie de réseau étendu sans fil)

La société d’état se met à la merci d’un seul fournisseur pour l’ensemble de son réseau,
dont certaines composantes seront déjà désuètes d’ici la fin du déploiement.    

_____________

Qu’est-ce qui pousse la société d’État à aller de l’avant avec un projet non viable?
Comme le demandait David Descoteaux dans son article… À quand l’enquête sur Hydro?

Jacques Duchesneau veut enquêter sur Hydro qui fait très souvent appel à l’expertise privée sans s’embarrasser des appels d’offres publics. Mais lorsqu’il prend les devants… « On [le] regarde avec des gros yeux!», dit-il.
______________

Voyez l’article sur la sortie du rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec

(janvier 2014).

____________

Les économies promises se feront attendre…

Il faut d’abord payer la note d’un milliard que coûteront ces compteurs « intelligents ».

Tous les emplois locaux perdus (800 directs et 200 non directs d’ici 2018)
ajoutés aux emplois délocalisés :
fabrication au Mexique et chez Foxconn au Vietnam, «une entreprise controversée
qui avait été touchée par plus d’une dizaine de suicides il y a quelques années.»  (Argent 14 novembre 2013)
Le fait que des employés étrangers travaillent chez Hydro-Québec ne date pas d’hier, comme en témoigne cet article.

L’analyste en énergie pour Option Consommateurs, Olivier Bourgeois, craint un dérapage financier du projet,
considérant les nombreux « oublis » dans le budget présenté ainsi que les frais liés aux problème d’acceptabilité sociale.
Écoutez l’émission d’Isabelle Maréchal (11 octobre 2012)

 « Le projet est déficitaire de minimalement 104 millions $ sur 20 ans. Donc ça revient à dire que ça coûte plus cher
utiliser une technologie étrangère que d’utiliser des travailleurs d’ici », souligne David Labrosse (porte-parole de SCFP-2000).
Des compteurs en or

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :